A la Une

compresseDSC 1402

Pour accéder à l'Album photo, se connecter

Connexion

           | 

Accueil

Communiqué de presse SUD FPA 12/12/2017 Siège AFPA

Communiqué de presse SUD FPA 12/12/2017 – SUD FPA occupe la place Aimé Césaire à Montreuil

L’AFPA : pour les entreprises ? Ou pour le bien commun ?

En l’an 2000, le dirigeant d’alors Gilbert Hyvernat présentait au CCE son projet de déconcentration renforcée de l’AFPA. .SUD FPA lui avait répondu que sa déconcentration serait suivie de décentralisation, de régionalisation et enfin de privatisation.

Nous y sommes. La ligne suivie par l’Etat depuis presque 20 ans est claire : il met en œuvre une politique destinée aux seules entreprises et au MEDEF.

La fin de la subvention et le départ des psychologues

Avant 2004, l’AFPA recevait une subvention d’Etat de 800 Millions € pour le financement de la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. 150 000 demandeurs d’emploi étaient formés chaque année. Un budget moyen de 5 500 € pour un parcours de formation de 600 heures.

Deux décisions de l’Etat vont déstructurer l’AFPA :

L’Etat, oubliant l’impératif constitutionnel d’égal accès de tous à la formation professionnelle, transfère aux régions la compétence de la formation professionnelle. Les 800 Millions € de l’AFPA sont versés aux Conseils régionaux qui mettent en œuvre des politiques de territoire, et donc des formations exclusivement calées sur des emplois soit disant non pourvus. Pour tenter de recouvrer une partie de son budget, l’AFPA doit répondre aux appels d’offre de marchés publics des 22 régions. Résultats : nombre de régions n'allouent pas la totalité du budget transféré et des centaines d'instituts de formation font concurrence à l’AFPA en proposant des services à des prix très bas.

L’Etat transfère le service de l’orientation à Pôle Emploi. Les 1 000 psychologues et assistantes de l’orientation sont transférés à Pôle Emploi. Ce service orientait les stagiaires vers la formation leur permettant de réaliser leur projet professionnel.

Prise dans l'étau de la rentabilité, l’AFPA se centre sur une approche gestionnaire et cherche à industrialiser la formation. Le "remplissage" des formations est une priorité quitte à intégrer des personnes mal préparées. Les candidats aux stages ne sont pas mieux lotis face aux plateformes de services clients qui se sont substituées aux accueils téléphoniques des centres de formations. L’AFPA rêve également de dématérialiser les stages et voit dans les plateformes numériques le moyen de former davantage de personnes à moindre frais.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Communiqué de presse 12 12.pdf)Communiqué de presse 12 12.pdf[ ]73 Kb

L’ AFPA en 2018 : 600 salariés jetés en filiales et 600 suppressions d’emploi

 SUD FPA tracte au siège de l'AFPA ce mardi 12/12/2017 après le Conseil d'Administration du 11/12/2017

 

DSC 1393-ConvertImage

 

L’AFPA voulue par l’Etat et les Régions pour les entreprises

L’AFPA service public pour nos concitoyens

80 centres en fonction des besoins des entreprises et de la rentabilité

200 centres répartis sur l’ensemble du territoire pour permettre un accès égal à la formation 

80 000 stagiaires

200 000 stagiaires avec accompagnement hébergement, restauration

Des durées de formation de 200 heures pour des compétences jetables

1 000 heures de formation pour acquérir une qualification et un métier

Une AFPA portion congrue 5 000 salariés, la plupart dans des filiales et des précaires

10 000 salariés dans une entreprise unique

Absentéisme et risque psycho sociaux élevés, des boulots sans intérêt

La prise en compte du besoin du personnel de faire un travail de qualité

La pédagogie désincarnée

La pédagogie de l’AFPA

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract pour le 12 12.pdf)Tract pour le 12 12.pdf[ ]193 Kb

AFPA Communiqué de presse intersyndical 9 décembre 2017

Communiqué de presse intersyndical des syndicats CGT, CFDT, FO, SUD Solidaires, CFE-CGC et CFTC de l’Agence pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA)

Une décentralisation délétère :

Depuis 2009 et la décentralisation de la compétence Formation aux Régions, la formation professionnelle des demandeurs d’emploi est passée dans le champ du marché concurrentiel. Ce service qui doit être accessible à tout citoyen, selon la constitution et la loi, est aujourd’hui considéré de fait comme une vulgaire marchandise.

Des appels d’offres mortifères :

Après 8 ans de mise en œuvre d’appels d’offres par 22 régions puis 13, force est de constater que le critère prix est le critère discriminant entre concurrents. L’attribution se fait très généralement au moins disant ; cela est en train de causer la fin des organismes de formation généralistes (AFPA, GRETA, CNAM, …) au profit d’organismes éphémères low cost. La faible durée des marchés, l’aléa des contenus et situations géographiques des formations d’un appel d’offres à l’autre, une prescription qui n’est pas en adéquation avec le volume de financement, aspirent les organismes de formation généralistes, notamment l’AFPA, dans une spirale régressive inéluctable de pertes de formations, de compétences et de plateaux techniques.

Des demandeurs d’emplois qui en subissent les conséquences :

Pour les demandeurs d’emplois, ceci induit de fait une difficulté de plus en plus accrue pour accéder à un parcours de formation qualifiant.

Concrètement, près de deux fois moins de demandeurs d’emploi accèdent aujourd’hui à une formation qualifiante, menant à un titre professionnel, reconnaissant un métier acquis et pourtant avec un taux de retour à l’emploi à 6 mois de 68% à l’AFPA. Tandis qu’en 2008 l’AFPA accueillait 120 000 demandeurs d’emploi, en 2015, alors que le nombre de demandeurs d’emploi a doublé (3 millions de DE A,B et C en 2008 contre 5,5 millions en 2015), elle n’en a plus formés que 69 000.

Des budgets régionaux qui baissent de façon mécanique :

Les budgets formation des conseils régionaux ne sont pas atteints, le plus souvent, en raison de :

  • l’insuffisance de prescriptions (Pôle Emploi semble considérer la formation comme une solution non prioritaire),

  • et d’un accroissement des taux d’abandon pendant le parcours de formation (par déficit ou défaillance d’orientation pédagogique).

Cap Plein SUD IDF Novembre 2017

Edito

Fait divers : le 7 novembre, un patron abat son ouvrier de 3 coups de feu. La cause du drame ? L'ouvrier avait encaissé trop tôt son indemnité de licenciement. Voici une illustration de l'état du monde du travail au 21ème siècle, en France. Ainsi donc, c'est l'entreprise qui prévaut sur tout. 

En fait, c'est la sauvegarde de l'entreprise qui prime sur tout, y compris sur l'humain. La machine à formater les cerveaux et éteindre les consciences fonctionne parfaitement. Par petites touches, les travailleurs sont devenus des salariés, puis des personnels – histoire d'en finir avec le collectif en favorisant le discours individualiste – pour finir en collaborateurs. On ne travaille plus, on collabore. 

Pour mieux affirmer que chaque individu est un maillon, indispensable forcément, de l'Entreprise, cette grande chose confraternelle, où chacun doit œuvrer pour aller tous dans le même sens.

Alors les collaborateurs acceptent. Ils acceptent de faire de heures sup', mais non rémunérées parce que ça coûte cher à l'employeur – comme si l'argent sortait de sa poche. Ils acceptent que l'indemnité de congés payés soit versée « un de ces jours », vu qu'on en a déjà touché une partie, et que l'Entreprise est en difficulté.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf novembre 2017.pdf)cap plein SUD Idf novembre 2017.pdf[ ]351 Kb

Communiqué intersyndical aux salariés 11 décembre

Communiqué intersyndical aux salariés

 

Cher.e collègue,

Les organisations syndicales de l’AFPA dénoncent ce qui se trame contre l’AFPA et ses salariés. Au travers des propos tenus au Conseil d’administration, au CCE et dans les éléments économiques de plans stratégiques régionaux déjà présentés, la préoccupation comptable est surtout ce qui importe aux représentants de l’Etat.

Au lieu d’aller vers le développement de l’activité, son élargissement au service global des publics accueillis et au financement des moyens nécessaires pour répondre aux besoins et à la demande des personnes, la seule solution mise en avant pour le retour à l’équilibre économique, c’est la réduction des charges avec au programme :

  • La fermeture de formations : la tienne ?

  • La fermeture de centres : le tien ?

  • Des suppressions accrues d’emplois : le tien ?

La sous traitance à la Poste dénoncé par SUD

Mediapart et France Info révèlent que la CGT et SUD ont attaqué en justice La Poste pour « prêt de main-d’œuvre illicite ». Une menace pour l’entreprise publique, qui a systématisé le recours aux prestataires : en Île-de-France, les sous-traitants distribuent 80 % des colis.

https://www.mediapart.fr/journal/economie/281117/abus-de-sous-traitance-la-poste-deux-syndicats-portent-plainte?onglet=full

Coup sur coup, deux syndicats ont tout récemment porté plainte contre une des pratiques au cœur du système de La Poste en Île-de-France : le recours à des entreprises sous-traitantes pour trier et distribuer les colis. Aujourd’hui, on estime qu’au moins 80 % des colis distribués par La Poste en région parisienne sont pris en charge par ces prestataires extérieurs à l’entreprise, laquelle est toujours entièrement constituée de capitaux publics.

Analyse CRE AFPA Languedoc Roussillon Novembre2017

SUD FPA Languedoc-Roussillon ANALYSE DU CRE de Novembre 2017

 

HOPE

(Hébergement, Orientation, Parcours vers l’Emploi)

Après avoir fui leur pays en guerre, les « migrants » souhaitant rester en France montent des dossiers de demande d’asile auprès des services de l’état. Au terme de l’instruction du dossier et si la demande est jugée favorable, les migrants obtiennent alors le statut de « réfugiés » qui leur permet de suivre une formation.

L’Afpa et l’état ont travaillé ensemble pour organiser un parcours de formation en plusieurs étapes adapté à ce public particulier :

 

  1. 1 200 H. sur un premier module de FLE (Français langue étrangère) et une découverte des métiers dispensée par l’OFFI (Office Français de l’immigration et de l’Intégration).
  1. 2 450 H. sur un second module de FLE à visée professionnelle accompagnée d’une formation métier (au moins un CCP) dispensés par nous, dans le cadre d’un contrat professionnel (FORCO pour le Languedoc-Roussillon).

Outre nos prestations de formation l’accompagnement social, l’hébergement, la restauration sont sollicités. Le prix de vente est de 16 € de l’heure.

Pour Sud: Nous retrouvons là, la mission d’origine de l’Afpa, c’est-à-dire aider les personnes les plus en difficulté pour qu’ils participent à l’effort national par la valeur ajoutée de leur travail. Ainsi ils cotiseront aux caisses (sécu. retraite. Etc.), en enrichissant notre culture par leurs origines diverses. C’est l’un des trop rares moments où l’on peut être fier d’appartenir à l’Afpa.

16 novembre 2017 Toutes et tous en grève

Les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA appellent les salariés de l’AFPA à se joindre à la journée de mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre 2017 pour obtenir le retrait des ordonnances.

  • Parce que le principe même des ordonnances est inacceptable ;
  • Parce que ces ordonnances ne visent qu’un objectif : précariser tous les salariés ;
  • Parce que les conséquences immédiates sont dangereuses pour les salariés de l’AFPA :

« légalisation » des licenciements abusifs,

disparition des CHSCT et des DP dans les centres,

« accords » de réduction des salaires en permettant le chantage à l’emploi,

licenciements autorisés par avance des salariés qui refuseront les modifications de leurs contrats de travail (à la baisse, bien sûr).

De plus, nous pouvons nous attendre à d’autres ordonnances tout aussi dévastatrices sur la réforme de la Formation Professionnelle et de l’Assurance Chômage qui feraient peser d’autres risques sur les droits des salariés et des demandeurs d’emploi.

Compte tenu de la gravité de la situation à l’AFPA, ces ordonnances permettront à la direction de licencier le personnel avec plus de facilité et moins de droits pour les salariés.

Pour défendre nos droits, les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA vous donnent rendez-vous pour une grande manifestation interprofessionnelle… avant la grande manifestation pour la sauvegarde de l’AFPA.

Montreuil le 14 novembre 2017

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Grève du 16_11_2017.pdf)Grève du 16_11_2017.pdf[ ]103 Kb

Versant SUD Auvergne Novembre 2017

EDITO

Docteur Yves et Mister Barou nous quitte(nt) : bon débarras ! Rendez-vous compte que c'est le même mec qui aura écrit « Et si la formation professionnelle était le remède au chômage de masse ? », affirmé qu' « En période de crise, il faut plus de formation qualifiante » et en même temps aura tout fait pour tuer l'AFPA, au prétexte de la sauver. Ainsi, tel Diafoirus (encore un docteur), il aura pratiqué saignées des emplois et purges des salariés compétents pendant la durée de son mandat, devenant expert dans le maniement du clystère, compétence qu'il pourra ajouter à son CV. Car de qualifiantes, que reste-t-il des formations de l'AFPA ? Des moignons de parcours, assemblages de morceaux de compétences prises ici et là, censés fait d'un travailleur au chômage ou en reconversion un professionnel qualifié. Et que dire de la situation financière : à son arrivée, « l'AFPA était à quelques jours de la cessation de paiement ». Depuis, l'AFPA ne paye plus l'URSSAF, les augmentations de salaires sont comme le bonhomme : nulles, et les CE/CRE ne touchent même plus les subventions pourtant obligatoires. Par contre, le grand gagnant aura été l'État, qui aura fait un bon placement (200 M € prêtés à 4 % par an) tout en réussissant à se débarrasser d'un patrimoine immobilier dont il n'assurait plus l'entretien depuis des années et qui, par endroits, menace ruine quand il n'est pas bourré d'amiante.

Alors Yves Barou part, en lâchant la « bombe atomique » de sa déclaration en plein Conseil d'Administration, tel un Folamour du pauvre. Il part en s'attribuant le beau rôle : celui du gentil réformateur face à la méchante Ministre du Travail, ce qui en dit long sur ce qui nous attend.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (versant sud novembre 2017.pdf)versant sud novembre 2017.pdf[ ]101 Kb

CAP Plein SUD IDF Octobre 2017

EDITO

Docteur Yves et Mister Barou nous quitte(nt) : bon débarras ! Rendez-vous compte que c'est le même mec qui aura écrit « Et si la formation professionnelle était le remède au chômage de masse ? », affirmé qu' « En période de crise, il faut plus de formation qualifiante » et en même temps aura tout fait pour tuer l'AFPA, au prétexte de la sauver. Ainsi, tel Diafoirus (encore un docteur), il aura pratiqué saignées des emplois et purges des salariés compétents pendant la durée de son mandat, devenant expert dans le maniement du clystère, compétence qu'il pourra ajouter à son CV. Car de qualifiantes, que reste-t-il des formations de l'AFPA ? Des moignons de parcours, assemblages de morceaux de compétences prises ici et là, censés fait d'un travailleur au chômage ou en reconversion un professionnel qualifié. Et que dire de la situation financière : à son arrivée, « l'AFPA était à quelques jours de la cessation de paiement ». Depuis, l'AFPA ne paye plus l'URSSAF, les augmentations de salaires sont comme le bonhomme : nulles, et les CE/CRE ne touchent même plus les subventions pourtant obligatoires. Par contre, le grand gagnant aura été l'État, qui aura fait un bon placement (200 M € prêtés à 4 % par an) tout en réussissant à se débarrasser d'un patrimoine immobilier dont il n'assurait plus l'entretien depuis des années et qui, par endroits, menace ruine quand il n'est pas bourré d'amiante.

Alors Yves Barou part, en lâchant la « bombe atomique » de sa déclaration en plein Conseil d'Administration, tel un Folamour du pauvre. Il part en s'attribuant le beau rôle : celui du gentil réformateur face à la méchante Ministre du Travail, ce qui en dit long sur ce qui nous attend.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf octobre 2017.pdf)cap plein SUD Idf octobre 2017.pdf[ ]249 Kb

Page 1 sur 63

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates