Accueil

Cap Plein SUD IDF mars 2017

Edito

Brève de Comptoir. 2 types accoudés au zinc.           Le premier :

« - Vous vous rendez-compte ! Les derniers scanners sont capables de déchiffrer 20 000 caractères à la seconde…

- … avec un taux d'erreur de 1/10 000ème. C'est quand même formidable, non ?!

L'autre lève le nez de son journal, pose sa tasse de café, regarde son interlocuteur et répond :

- Deux conneries à la seconde, c'est ça que vous appelez le progrès ? »

Si on en croit le dernier opus pondu par le président Barou (mais est-on sûr que ce sera bien le dernier ?), c'est le numérique qui sauvera la formation, c'est le numérique qui sauvera l'AFPA, le chômage de masse n'a qu'à bien se tenir. C'est vrai que le web et l'internet sont de formidables outils. En un seul clic, on peut lire tout ce qui se publie partout dans le monde numérique. Et l'inverse est vrai aussi, on peut s'adresser à des gens, instantanément et mondialement, sans les voir, sans même les connaître. Bon ! Le problème, c'est quand on publie une connerie, elle devient instantanément planétaire, et la perte de crédibilité est proportionnelle à l'auditoire.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf mars 2017.pdf)cap plein SUD Idf mars 2017.pdf[ ]271 Kb

le Journal de SUD en PACA

Mars 2017

L’Edito de SUD

La liberté d’expression appartient aux salariés comme à leurs syndicats.

Cette expression tient compte :

  • du contexte syndical : toute organisation syndicale dispose d’un libre droit de critique des décisions de l’employeur et des conditions de travail
  • du contexte social : en période de crise, l’expression peut être d’autant plus tranchée, incisive, que la situation présente un danger majeur sur l’emploi et les conditions de travail.

Dans un contexte marqué par l’incertitude économique et le stress généré par la souffrance au travail, il entre dans la mission d’un Syndicat d’exprimer son opinion et de présenter ses revendications à l’employeur.

Et l’employeur ?

L’employeur dispose d’un droit de réponse écrite ou orale à l’occasion de propos tenus lors d’une réunion des institutions représentatives du personnel (IRP), sous réserve que les propos ne prennent pas un caractère méprisant ou discriminatoire. Sa responsabilité pénale et civile peut être engagée et selon les circonstances, une entrave au fonctionnement des IRP pourrait même être constituée.

Compte rendu SUD FPA du CCE AFPA du 08/03/2017

CCE 08 03 2017

                                        Les élus du CCE debout

Pendant ce CCE du 8 mars 2017, les élus du CCE ont manifesté leur complète indignation à l’égard de la direction de l’AFPA.

QUELLE HONTE !!!

Après 2 ans de démarches et de tracasseries administratives, une salariée en situation de handicap du centre AFPA de Compiègne obtient enfin un aménagement complet de son poste de travail.

D’abord une étude de poste de la Médecine du Travail révèle la forte inadaptation dudit poste de travail. Ensuite le CHSCT se bat et obtient un fauteuil ergonomique fin 2015, puis les derniers aménagements sont obtenus fin 2016. Entretemps la direction du centre a aussi appuyé autant qu’elle le pouvait pour faire avancer le dossier. Côté financement, l’AGEFIPH joue pleinement son rôle et finance aux 2/3 l’aménagement. L’ultime étape est le règlement du solde par l’AFPA.

Hier, 2 mars 2017, faute de paiement, un fournisseur est venu récupérer le fauteuil ergonomique de la salariée devant tous ses collègues et la direction. En toute illégalité soit dit en passant.

Face à cette situation, la salariée se déclare « vexée » et « écœurée ».

Comment les directions régionale et nationale peuvent-elles ignorer à ce point le handicap d’une personne ?

Quelle honte !!!

La direction générale se targue d’un accord national en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap.

Mais la prise en compte du handicap ne se résout pas seulement avec un accord, encore faut-il changer les mentalités !

La politique en faveur du handicap ne se résume pas au dénombrement des handicapés, encore faut il y mettre les budgets ! Budgets revus à la baisse depuis le dernier accord (que SUD n’a pas signé de ce fait). On voit quelle est la réalité !

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (tract Quelle Honte 03032017.pdf)tract Quelle Honte 03032017.pdf[ ]28 Kb

Cap Plein SUD IDF Février 2017

1ptcap plein SUD Idf février 2017

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf février 2017.pdf)cap plein SUD Idf février 2017.pdf[ ]223 Kb

Et maintenant ??? Et après ???

 ptEt maintenant V3

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Et maintenant V3.pdf)Et maintenant V3.pdf[ ]451 Kb

STOP

Communiqué des organisations CGT, CFDT, FO, SUD

STOP !!!

Réunies ce jour pour étudier les bases d’un projet d’accord égalité femmes/hommes, les délégations CGT, CFDT, FO, SUD ont dû quitter la séance.

En effet, la direction s’était engagée, depuis mars 2016, à fournir préalablement à l’ouverture de la négociation, certaines données comme l’analyse des écarts, la méthode pour les supprimer et l’enveloppe financière. Or aucun de ces éléments ne nous est parvenu en amont de cette réunion, nous privant ainsi de toute possibilité de préparation de cette négociation.

Les OS décident de ne pas participer à cette mascarade et exigent d’avoir les supports et les conditions élémentaires pour entamer ou poursuivre toutes négociations.

Qu’on se le dise !

Tous en grève le 7 mars 2017 !

 Communiqué des organisations SUD, FO et CGT

Tous à la manifestation nationale à Paris !

Avec les fonctionnaires, les hospitaliers, les territoriaux, les personnels de la sécurité sociale, Pole Emploi et EDF.

Les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA appellent à la grève le 7 mars 2017.

Pour :

-          Le maintien d’une AFPA Nationale sans filiale,

-          Le retour à des financements directs de l’Etat, permettant à l’AFPA de remplir ses missions de service public de formation professionnelle de tous les demandeurs d’emploi,

-          La défense des conditions de travail,

-          L’augmentation des salaires, gelés depuis maintenant 6 ans,

-          La préservation des durées de formation qui doivent rester qualifiantes et certifiantes,

-          Et la défense des services publics dans leur ensemble (Education nationale, Impôts, hospitaliers, territoriaux, etc.).

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Grève du 7 mars 2017 CGT-FO- SUD.pdf)Grève du 7 mars 2017 CGT-FO- SUD.pdf[ ]168 Kb

Elections Professionnelles à l'AFPA : la direction bloque les négociations

Communiqué des organisations syndicales SUD FPA, CGT, FO et CFTC

Où en sommes-nous ?

 A ce jour, après de nombreuses réunions de négociations des protocoles des élections professionnelles, la direction, refuse la création d’un Comité d’établissement (CE) pour chacune des filiales.

Le projet de protocole de la direction prévoit : des CE régionaux(CRE) ; un CE pour la DIFQ, un CE pour le siège intégrant le dispositif itinérants et les filiales.

La CGT, FO, SUD et la CFTC revendiquent un CE spécifique pour chaque filiale.

Chaque CE désignerait des représentants pour former le CCE de l’UES (Unité Economique et Sociale).

La direction s'oppose à cette solution en prétendant que les CE des filiales mettraient à mal l'unité de l'AFPA...c'est l'hôpital qui se moque de la charité car c'est bien les filiales voulues par la direction, et non, les CE, qui divisent l'AFPA !

Les mêmes droits pour tous les salariés

Si les salariés de « Transitions » avaient disposé d’un CE au même titre que la DIIP par exemple, les décisions prises à leur encontre auraient été tout autres.

En effet, les prérogatives de cette instance représentative du personnel imposent à l’employeur :

Les informations, les consultations, les expertises …

Dans les domaines relatifs à la situation économique de l'entreprise, le CE fait l'objet de consultations obligatoires et surtout il peut recourir, si nécessaire, à un expert. Il bénéficie d'un droit d'alerte.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract EP 20 02 2017.pdf)Tract EP 20 02 2017.pdf[ ]436 Kb

Préparation des élections des représentants du personnel au Conseil d'Administration de l'EPIC, une réunion Grand Guignol avec la direction

SUD, alors que la réunion commence, fait remarquer que le texte de l'article 11 du décret qui régit cette élection prévoit de consulter uniquement les OS représentatives ; la direction (qui n'a semble-t-il pas bien lu) a pourtant convoqué la CGC et la CFTC. Et pour éviter de reconnaitre qu'elle a fait une erreur (ou pire qu'elle souhaitait imposer cette présence illégale), inverse les rôles et demande aux syndicats de se prononcer sur leur présence ...Chercher l'erreur !

La Direction présente un ensuite un rétro-planning qui fixe la date de l'élection dans la semaine du 5 au 13 avril 2017.

S'ensuit quelques échanges sur les listes électorales nationales et le risque d'erreur (oh, là aussi ?). Il est rappelé que le décret prévoit que c'est le salarié qui doit faire la démarche auprès de sa RH s'il n'est pas sur la liste (dans les 5 jours qui suivent sa parution). Les OS s'interrogent : et ceux qui ne doivent pas y être, comment vont-ils se signaler ?

SUD intervient à nouveau et demande à la direction : qui a fixé la date de l’élection ?. Nous ! répond la direction.

Et pourquoi ne respectez-vous pas l'article 4 du décret qui prévoit que c'est le Conseil d'administration qui décide de la date des élections ? demande SUD. Or le Conseil d’Administration n’est pas encore formé et sa 1ère réunion a lieu en principe le 27 février !

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (note élections OS 14022017.pdf)note élections OS 14022017.pdf[ ]381 Kb

Page 5 sur 60

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates