A la Une

compresseDSC 1402

Pour accéder à l'Album photo, se connecter

Connexion

           | 

Accueil

AFPA Communiqué des représentants des salariés au conseil d’administration

Communiqué des représentants des salariés au conseil d’administration de l’AFPA

  • • aux organisations syndicales de l’AFPA
  • • aux confédérations syndicales

Montreuil, le 14 septembre 2017,

Il nous apparaît clairement aujourd’hui que le devenir de l’AFPA est très sérieusement remis en cause par ceux-là même qui sont majoritaires au CA. La posture des représentants de l’Etat au CA et tout particulièrement ceux du ministère des finances nous amène à penser que tout est organisé pour empêcher la mise en œuvre de la transformation de l’AFPA en un EPIC et ses 2 filiales, selon le schéma initial validé par le gouvernement précédent.

Communiqué du CCE de l'AFPA aux salariés 13 09 2017

Communiqué aux salariés des élus et représentants syndicaux CGT, CFDT, CGT-FO, SUD-FPA, et CFE-CGC au CCE

 Ce mercredi 13 septembre 2017, la Direction Générale s’est déclarée dans l’incapacité de fournir aux élus du CCE, représentants des salariés de l’AFPA, les états de trésorerie à ce jour ainsi que l’état des encaissements à fin août. Les élus du CCE ont donc fait la déclaration ci-jointe.

Les élus ont dû suspendre à de nombreuses reprises cette séance plénière dans le but d’obtenir des réponses à des questions légitimes. La Direction s’est obstinée à refuser d’informer les élus ce jour.

En conséquence, les élus ont décidé de poursuivre la suspension jusqu’à la programmation d’une date permettant la reprise de cette séance avec la garantie de traiter les informations attendues au niveau économique, leur permettant d’analyser la situation financière et le devenir à court terme de l’AFPA.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (CCE communiqué aux salariés 130917 VD.pdf)CCE communiqué aux salariés 130917 VD.pdf[ ]60 Kb

CCE AFPA Déclaration du 13 09 2017

Déclaration des élus du CCE

Dans le cadre du « droit d'alerte Economique », les élus du CCE constatent que les informations économiques fournies par la direction générale ne sont pas actualisées et pas à la hauteur de leurs attentes.

L'absence de réponses en séance et le report des réponses à fin septembre ne sont pas admissibles et contraires aux engagements de la direction générale d'avril dernier.

Par ailleurs la direction générale n'a pas répondu aux demandes récurrentes de la commission « Economique » et des experts concernant ces éléments financiers.

Nous exigeons de la direction générale, la production ce jour, en séance plénière, des informations suivantes :

  • l'état de la trésorerie au 12/09/2017
  • les encaissements à fin août 2017
  • la projection de trésorerie à 3 mois
  • les mesures qu'elle compte mettre en œuvre en cas d'impasse de trésorerie

 En attente de ces éléments, les élus suspendent la séance et la reprendront dès l'apport des éléments demandés.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Déclaration CCE - 130917.pdf)Déclaration CCE - 130917.pdf[ ]323 Kb

Sept morts sur ordonnances

7morts sur ordonnance

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract SUD FPA appel à la grève VC.pdf)Tract SUD FPA appel à la grève VC.pdf[ ]254 Kb

Tract intersyndical AFPA CGT FO SUD

Halte au rouleau compresseur antisocial !

Retrait des Ordonnances Loi TRAVAIL

 

NON, s’attaquer au Code du travail ne fera pas baisser le chômage de masse.

Le Code du travail est fait pour protéger tous les salariés et c’est le contrepoids indispensable à la subordination du salarié envers l’employeur.

 

L’objectif du gouvernement est clair : FLEXIBILISER le marché du travail au nom de la politique libérale qu’il affiche ! D’ailleurs, il n’y a qu’à voir les représentants du patronat se réjouir du contenu des ordonnances pour comprendre ! Et craindre la suite…

Les ordonnances Macron continuent la destruction du Code du Travail et des droits sociaux entamée depuis plus de 20 ans comme récemment par les lois EL KHOMRI et MACRON, REBSAMEN.

Citons, notamment :

La Précarité à la une avec :

  • L’extension des CDI de chantiers : l’AFPA a déjà subi ce statut précaire à AFPA Transitions. Qu’en sera-t-il pour les formateurs-trices, les assistant-e-s techniques, par exemple, qui pourraient être embauché-e-s sur la durée du chantier de l’appel d’offres du Conseil régional ou de Pôle Emploi ?

  • La dérégulation du licenciement : sans mise en œuvre de Plan de Sauvegarde des Emplois (PSE). Par exemple, le nouveau Conseil d’Administration, dominé par les représentants de l’Etat, pourrait imposer de telles décisions, sans aucune compensation pour les salariés concernés.

La fusion des instances représentatives du personnel  avec :

  • La suppression des CHSCT : Qu’en penser lorsqu’à l’AFPA, l’expertise ISAST a révélé des troubles psycho-sociaux avérés que la direction refuse de prendre en compte ?

  • La fusion des Délégués du Personnel, des CE/CRE et des CHSCT en un Comité Social et Economique unique : Qu’en sera-t-il pour les prochaines élections professionnelles de l’AFPA que la direction n’annonce pas avant 2018, au mieux ?

 

Analyse CRE AFPA Languedoc Roussillon juillet 2017

Démission d’un collègue CDI

Sept ans d’efforts en CDD afin d’obtenir un CDI. C’est ce que la direction a demandé implicitement à un collègue formateur : démontrer un « engagement fort », faire des sacrifices sur sa vie privée, prouver qu’il était « l’homme de la situation ».

Et pourtant ce collègue a finalement donné sa démission pour accepter un CDD ailleurs pour un statut plus précaire, mais qui lui donnera encore le pouvoir d’agir !

Les entrées décalées, SIHA et toutes les procédures de l’AFPA (qualité, bilans, etc…) ont eu raison de son engagement et l’ont empêché de se réaliser dans un travail satisfaisant. D’autant plus, qu’il s’est senti impuissant à améliorer, modifier les choses.

Nous apprenons cette situation au DR et à la DRH qui surpris ne comprennent pas : « il connaissait pourtant bien le fonctionnement de la maison ? »

SUD leur a rétorqué que si le CRE s’organisait en entrées décalées, avec le double de public, des bilans, des ressources peu fiables et du E-learning dans un même temps, ils comprendraient mieux ce qu’est devenue la vie d’un formateur à l’Afpa.

Lettre ouverte de l’Union syndicale Solidaires aux salarié-es, aux organisations et équipes syndicales

« Si nous voulons gagner, il va falloir lutter ensemble » 

Nous ne redirons pas ici tout le mal que nous pensons des attaques contre le droit du travail qu’a mis en route le gouvernement Philippe sous l’autorité d’Emmanuel Macron. Cette offensive vise à bouleverser à l'avantage des possédants tout ce qui fait les rapports sociaux dans ce pays.

Ainsi, le CDI tel que nous le connaissons serait vidé de sa substance ; la négociation au cas par cas, boîte par boîte de TOUT ce qui est lié à notre travail (salaire, amplitude, conditions d’exercice) serait généralisée ; des instances liées à la sécurité au travail comme le CHSCT seraient promises à la disparition ; les indemnités prudhommales seraient soumises à un barème fixe, autant dire que les patrons pourraient mettre de côté pour licencier à loisir…

Les informations dont nous disposons actuellement témoignent du caractère révoltant pour les salarié-e-s de cette nouvelle loi travail 2 ou « XXL ». La méthode en elle-même, celle des ordonnances, ressemble comme deux goûtes d’eau au « blitzkrieg » social que promettait François Fillon. Le gouvernement porte le fer sur bien d’autres fronts : jour de carence dans la fonction publique, gel du point d'indice, suppressions de 120 000 postes suppression de facteurs de pénibilités, passage de l'Etat d'urgence dans le droit commun… C’est bien notre vie quotidienne qui va pâtir, dès maintenant, des mesures prises par ce gouvernement.

Compte rendu SUD FPA CCE AFPA 21 06 2017

Cette réunion avait été demandée par les organisations syndicales quand elles avaient rencontré la directrice générale, suite à l’annonce de pertes de marchés importante en PDL, pertes qui faisaient suite à celles enregistrées en Auvergne Rhône Alpes.

Quel est l’enjeu pour les organisations syndicales de l’AFPA ? Surtout ne pas laisser s'altérer le caractère national de l’AFPA. L'AFPA est une et indivisible !

L’ordre du jour de la réunion prévoyait :

1) Modification du règlement intérieur du CCE

2) Informations sur les impacts nationaux et régionaux des réponses aux appels d’offre

Le bureau du CCE avait dû batailler pour que le point 2 concerne bien les impacts nationaux et non les seuls impacts régionaux.

1) Modification du règlement intérieur du CCE

Cette modification a été décidée pour que les deux représentants des salariés élus au Conseil d’Administration de l’AFPA puissent participer aux séances plénières du CCE, avec voix consultative.

 SUD FPA a voté pour cette modification.

Rencontre DGEFP : SUD FPA FPA demande à l’Etat de l’argent pour la politique sociale de l’AFPA

Il y a un peu plus d’un mois, les Organisations syndicales de l’AFPA (sauf la CGC AFPA) avaient demandé un rendez-vous au 1er ministre.

Son cabinet a répondu en donnant rendez-vous aux organisations syndicales…à la DGEFP.

La patronne de la DGEFP, Carine Chevrier, nommée par Hollande en 2015, recevait donc les syndicats de l’AFPA le 27 juin à 10 h 30. La DGEFP était accompagnée de 3 fonctionnaires dont le chef de projet AFPA EPIC. En plus elle avait demandé à la directrice générale de l’AFPA d’être présente, et celle-ci au DRH de l’AFPA d’être présent. Heureusement que la cascade s’est arrêtée là !

Les Organisations syndicales ont d’abord lu leurs déclarations.

La déclaration de SUD FPA regrette la dégradation des relations avec le gouvernement. Le conseiller social du 1er ministre, Valls, avait reçu les syndicats de l’AFPA en juin 2016. Mais nous ignorions que Mme Chevrier est l’épouse de M Fatome, qui vient d’être nommé directeur de cabinet adjoint du 1er ministre ! Le cabinet du 1er ministre sera donc bien informé !

SUD FPA remarque également l’absence de Bercy à cette réunion, ainsi que la présence de la directrice générale de l’AFPA.

Précaires : Motion du 9ème Congrès de SUD FPA - Vailly sur Aisne

Le syndicat SUD FPA Solidaires réuni en congrès réaffirme son opposition à toute forme de précarisation de l'emploi.

Pour répondre aux injonctions des tutelles de baisser les dépenses, la direction générale de l'AFPA a privilégié la diminution de la masse salariale et la précarisation de l'emploi en recourant massivement aux CDD, Intérimaires, Auto-Entrepreneurs subis et maintenant alternant et contrats aidés. Ces choix contribuent à la dégradation des conditions de travail, des salaires et de la qualité des formations dispensées par l'absence totale d'accompagnement et de contrôle de ces personnels.

En plus, les objectifs de « lowcost » fixés par les financeurs ont pour conséquence la déprofessionnalisation et la déqualification de nos activités et du personnel.

Cette précarisation favorise l'isolement et donc la fragilisation des agents concernés, mais provoque aussi l'éclatement des collectifs de travail limitant ainsi l'opposition qui peut naître de la force du nombre et de l'expression collective du professionnalisme. Elle concourt à la diffusion de l'idéologie libérale qui définit la formation comme un produit marchand et concurrentiel.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (motion précaires_congres_vailly_2017.pdf)motion précaires_congres_vailly_2017.pdf[ ]30 Kb

Page 5 sur 64

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates