Accueil

L'Afpa manifeste devant Pôle emploi

Article paru dans l'Union Ardennais le 18/12/12

RETHEL (Ardennes). 280 agents de l'Afpa de Champagne-Ardenne, 9 500 en France, 30 à Rethel risquent de perdre leur emploi si l'Etat ne met pas la main à la poche.

Le centre de formation Afpa de Rethel et ses trente salariés risquent de disparaître, comme tous les centres Afpa de France et leurs quelque 9 500 salariés.

« Depuis que le gouvernement Sarkozy a ouvert le secteur de la formation à la concurrence, nous avons perdu des marchés et aujourd'hui, on ne remporte plus suffisamment d'appels d'offres. Du coup, nous sommes en difficultés financières. En plus, notre banque, Dexia, nous a lâchés. »

Yves Poncelet, coordonnateur de l'intersyndicale de l'Afpa, explique ainsi la situation qui règne en ce moment au niveau national et qui ne manquera pas d'avoir des répercussions locales. « Il faut que l'Etat nous aide et fasse un geste fort pour nous tirer de là, afin que le tribunal de Bobigny ne mette pas l'Afpa en cessation de paiement. »

"Le gouvernement annoncera en janvier de quoi "recapitaliser durablement" l'Afpa" (avec une vidéo du ministre de la formation professionnelle T Repentin)

Article paru dans l'Express

PARIS, 18 déc 2012 - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault annoncera en janvier "la somme qui sera nécessaire pour recapitaliser durablement" l'Afpa (formation pour adultes), en proie à de graves difficultés financières, a indiqué mardi le ministre de la Formation professionnelle, Thierry Repentin.

"Nous ne laisserons pas tomber les 9.300 salariés" de l'Association de formation professionnelle pour adultes, que le précédent gouvernement a laissé "au bord du gouffre", a déclaré à l'Assemblée nationale M. Repentin.

"L’Afpa dévoile sa feuille de route à Toulouse"

Paru le 17/12/2012 dans Toulemploi

Le jeudi 13 décembre dernier, tout le staff de l’Afpa était réuni au centre de Palays à Toulouse. Le président de l’association, Yves Barou, a présenté au Comité central d’entreprise et aux 122 directeurs de centres son plan de refondation. Il vise à redresser financièrement l’organisme, mais aussi à développer son activité.

compressbarouAFPAHR01

"L’Afpa a été condamnée à une mort certaine, jetée du jour au lendemain, sans aucun fond propre ni règle du jeu. Un paradoxe dans une période de crise, le besoin en formations étant plus grand. Or je rappelle que l’Afpa forme 500 fois plus de personnes que l’Ena… Vous imaginez si l’État décidait de lâcher l’Ena ?" interroge le président de l’association nationale pour la formation des adultes.

Le Président du Sénat répond au courrier des organisations syndicales de l'AFPA

Jean-Pierre Bel, Président du Sénat, à qui les Organisations Syndicales de l'AFPA avaient écrit en Novembre leur répond.

Il commence par pointer du doigt la responsabilité des pouvoirs publics de l'ère précédente.

Puis il affirme que "le gouvernement ...a clairement fait part de sa volonté d'apporter son soutien à l'association ,en partenariat avec les régions, ..."

Enfin, l'AFPA, selon lui, est "au service des salariés et des demandeurs d'emploi".

Le contenu de ce courrier montre bien que l'esprit du plan Barou est approuvé par l'ensemble des pouvoirs publics et politiques+ :

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (réponse président Sénat aux OS AFPA.pdf)réponse président Sénat aux OS AFPA.pdf[ ]348 Kb

« Afpa : le CCE approuve le plan de refondation en émettant plusieurs réserves »

Dépêche AEF

« Le CCE [comité central d'entreprise] de l'Afpa, réuni les mardi 11 et mercredi 12 décembre, a donné majoritairement un avis favorable sur le plan de refondation, avec une mise en garde sur les conditions économiques et sociales de sa mise en œuvre, en particulier sur l'urgence du financement en fonds propres et le respect des engagements des pouvoirs publics concernant les missions de service public. » C'est ce qu'indique l'association dans un communiqué diffusé mercredi 12 décembre. Concrètement, les cinq organisations syndicales membres du CCE ont eu à se prononcer sur trois questions : la validation du plan de refondation, ses « conséquences sur l'emploi et l'accompagnement social » et ses conséquences organisationnelles. Trois ont donné un avis favorable sur les trois questions (la CGT, la CFDT et la CFE-CGC), Force ouvrière s'est abstenue sur la question du plan de refondation et a rendu des avis défavorables sur les deux autres sujets, tandis que Sud-Solidaires a refusé de prendre part au vote.

"Des actes concrets sont nécessaires pour la survie de l'AFPA "

 Question écrite n° 03514 de Mme Marie-France Beaufils (Indre-et-Loire - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 13/12/2012 - page 2890

Mme Marie-France Beaufils attire l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, chargé de la formation professionnelle et de l'apprentissage, sur la situation de l'AFPA. Elle constate que dans une période où le chômage explose il est d'autant plus nécessaire de promouvoir la formation professionnelle, et en particulier celle développée par l'AFPA. Elle regrette qu'à l'heure où est annoncée la bataille pour le redressement productif les sections indutrielles de l'AFPA soient les premières fermées.

"Afpa: les dirigeants syndicaux en appellent à Ayrault"

Publié le 12/12/2012

 PARIS, 12 déc 2012 - Les dirigeants de cinq organisations syndicales - CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC - ont, dans une lettre adressée au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, demandé l'aide de l'Etat pour sauver l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), en proie à de graves difficultés financières.

 "Vous avez su prendre les premières mesures permettant de sauver temporairement l'Afpa du naufrage financier", écrivent dans cette missive Bernard Thibault (CGT), Laurent Berger (CFDT), Jean-Claude Mailly (FO), Philippe Louis (CFTC), Bernard Van Craeynest (CFE-CGC).

"Thierry Repentin réaffirme à Toulouse le soutien du gouvernement à l'AFPA"

Boursier.com

Devant l'encadrement de l'association réuni à Toulouse en séminaire ce jeudi 13 décembre, Thierry Repentin a réaffirmé le soutien du gouvernement à l'AFPA, structure indispensable à la mise en place de la politique de formation professionnelle. Il s'est adressé directement au personnel de l'AFPA, pour expliquer le travail conduit par le gouvernement afin d' accompagner le plan de refondation de l'association et de marquer sa confiance à la dynamique engagée par Yves Barou, Président, et Hervé Estampes, directeur général.

Le Ministre a d'abord rappelé les actions de consolidation financière engagées par l'Etat dès cet été : confortation du pool bancaire, versement d'une subvention d'investissement de 20 millions d'euros, règlement des sommes dues à la filiale AFPA Transition pour près de 25 millions d'euros. Il a ainsi veillé à ce que l'ensemble des formations ouvertes à l'AFPA, puissent bénéficier à des demandeurs d'emploi. Aujourd'hui, 22 conventions régionales ont été conclues entre Pôle emploi et l'AFPA, afin de faciliter les orientations. Thierry Repentin a tenu à souligner les mérites du plan de refondation présenté par Yves Barrou.

Le Ministre a annoncé trois chantiers engagés par l'Etat pour accompagner la réussite du plan de refondation. S'agissant d'abord de la capitalisation, il a indiqué que l'Etat est prêt à souscrire à des participations constitutives de fonds propres. S'agissant de la question du patrimoine de l'AFPA, il a précisé qu'elle sera résolue par la voie des baux emphytéotiques administratifs dont les modalités pratiques et financières sont en cours d'écriture et de discussion.

Ainsi repositionnée, l'AFPA a tous les atouts pour rester l'organisme de référence en matière de formation des demandeurs d'emploi et des salariés.

Sapin : 200 Millions €, "ce n'est pas une somme très importante pour mon propre budget"...pour les contrats de génération !

Le ministre Sapin était invité par FranceInfo le 12 Décembre en fin de journée.

L'interview dure près de 9 minutes. L'AFPA n'est jamais évoqué.

On y parle du taux du livret A, du taux d'inflation, du contrat de génération, etc...

Le journaliste demande au ministre comment on finance le contrat de génération. 

Le ministre Sapin commence par comparer le coût du contrat de génération pour les finances de l'Etat et  le coût pour la société du chômage des jeunes puis, et c'est là que cela devient très intéressant pour nos propres problèmes à l'APFA, il répond que pour l'année 2013 la montée en puissance du contrat de génération coûtera 200 Millions et qu' "au niveau du budget de l'Etat, ou de mon propre budget, ce n'est pas une somme très importante, nous pouvons parfaitement le financer..."(3' 30 s de l'interview)

Pourquoi alors toutes ces interrogations, enquêtes, conciliabules, intentions, déclarations, rétractations, hésitations... pour trouver 200 Millions € pour l'AFPA ? L'absence de formation des adultes n'entraîne-t-elle pas non plus un coût social énorme pour la société ? Manque à gagner sur la valeur ajoutée, emplois non créés, désindustrialisation, coût des allocations chômage, coût des soins...

Qu'est-ce que le gouvernement attend alors ?

Presque tous les Directeurs(rices) de Centre sont nommé(e)s

Le site de la direction - Agora - publie une liste de 94 directeurs(rices) de centre (sur les 112 prévus)

La voici :

Alsace :

  • Colmar (centre de référence nationale BTP : Etudes et Bois) : Hervé L’HOTELLIER
  • Mulhouse : Antoine SCHMUTZ
  • Strasbourg et l’antenne de Soultz : Patrick BERNEDE

 

Aquitaine :

  • Agen : Jean-Luc FAUCHER
  • Bayonne et l’antenne de Mont-de-Marsan : François PAYEN
  • Périgueux-Boulazac : Monique LAJUGIE
  • Bordeaux-Caudéran (centre de référence nationale BTP : Gros-Œuvre) : A pourvoir
  • Bordeaux-Bègles (centre de référence nationale Industrie : Aéronautique)  / Bordeaux-Pessac : A pourvoir
  • Pau : A pourvoir

 Auvergne :

  • Clermont-Beaumont (centre de référence nationale industrie de Process) : Steeve HANS
  • Puy-en-Velay : Valérie SOULIE
  • Montluçon, les antennes de Moulins et Vichy : Christian LOREN
  • Saint-Flour/Aurillac : Dominique GRANDCLEMENT-CHAFFY

 

Page 66 sur 69

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates