Accueil site SUD FPA

Compte rendu SUD FPA du CCE AFPA 13 et 14 septembre 2016

 On est mal barrés

Avertissement : ce compte rendu est celui de SUD FPA. Nous ne nous limitons pas à reproduire les propos de la direction. Nous ajoutons nos commentaires en séance et hors séance. Un syndicat n'est pas là pour reproduire les propos de la direction. Pour cette reproduction, il y a des outils.

Le CCE de l'AFPA était réuni à la Noue le 13/09 après-midi et le 14.

Le nouveau DRH de l'AFPA, Christian Mettot, chassé de Radio France par les salariés et les OS à l'issue d'une longue grève en 2015, en tuilage à l'AFPA depuis 6 mois avec le DRH Dufoix, présidait ainsi son premier CCE à l'AFPA. Mais pas son premier CCE.  Son parcours et le rôle de dispatcher auquel il a réduit sa fonction de Président de CCE lors de sa première séance indiquent qu'il n'en est pas à son premier exercice.

Analyse CRE AFPA Languedoc Roussillon Septembre2016

Traitement du personnel

Le DR : « Je ne pense pas dévoiler un scoop : Sachez tout de même que l'année prochaine, il y aura une baisse des effectifs dans la grande région ».

Pour SUD : Tant que l'on n’enlève pas les moyens à la production pour réussir ses missions, on est d'accord. Sauf qu'on est sûr que c'est le contraire qui se profile.

Le DR : « Les centres nous ont fait remonter 56 demandes de remplacement, nous en avons acceptés 33, nous devons en vérifier la pertinence avec les directeurs. Quand on regarde dans le détail le besoin existe mais ne répond pas aux critères de productivité.

Pour SUD : Bravo la confiance envers la hiérarchie de terrain.

Choisir la productivité de terrain au détriment de ses besoins est une erreur. Ce choix qui consiste dans un même temps à conserver les coûts de la T9 avec ses énormes salaires auxquels se rajoute une perpétuelle réorganisation de l’association est un sujet de profond désaccord avec Sud.

Le DR : « La facturation interne Afpa d’un itinérant se monte à 610.20 euros/jours, c’est la moitié pour un CDD. Pour le calcul de l’EBE, je ramène le coût itinérant à celui d’un CDD ».

Pour SUD : A qui et à quoi sert ce jonglage avec les chiffres ? La prestation n’est pas la même, le statut non plus, que se cache-t-il derrière cette facturation interne ?

Le DR : « Les CDI qui refusent de bouger entrainent plus de CDD. Par exemple, lorsqu’un salarié n’a plus d’activité dans une région alors qu’elle existe dans une autre région, en général il refuse de se déplacer, en conséquence nous sommes obligés d’embaucher des CDD ».

Pour SUD : La seule responsabilité qui nous intéresse chez un DR, c’est qu’il apporte une activité cohérente avec la structure de l’association et les compétences des salariés. C’est sa mission et pas la nôtre.

Déclaration de soutien du CRE Pays de la Loire au collègue de la région Bretagne

Les élus du CRE des Pays de la Loire et les Organisations syndicales CGT, CFDT et SUD s'associent à la déclaration de la délégation Force Ouvrière et soutiennent avec la plus grande fermeté la demande d'arrêt immédiat de la procédure abusive engagée à l'encontre de notre collègue.

Motion approuvée à l'unanimité des votes
Fait au Mans, le 21 septembre 2016

Déclaration Force Ouvrière
La délégation Force Ouvrière du CRE PDL, comme sa section fédérale nationale, dénonce la situation intolérable car injustifiée vécue par notre Camarade Délégué Syndical du centre de Lorient. 
Cette tragi-comédie, mise en musique par la direction du centre, « d'une sanction pouvant mener au licenciement », orchestrée par la direction de la Région Bretagne et aboutissant in fine à une Commission Paritaire Nationale de Discipline, est révoltante.
Cette situation, basée uniquement sur la mise en cause des compétences de ce salarié, pourtant mises en œuvre depuis bientôt une vingtaine d'année sans aucun précédent préjudiciable aux stagiaires ni à la bonne marche de ses formations, semble être un des prémices d'une purge à l'encontre de salariés dépositaires du savoir faire de l'association et, jusqu'alors, fleurons du service public national de la formation professionnelle.

La police frappe aveuglément et mutile

 

Manifestations loi travail, une fois de plus, la police frappe aveuglément et mutile

Hier 15 septembre, aux alentours de 16 h 45 alors que le cortège parisien de la manifestation intersyndicale contre la loi travail finissait place de la République, Laurent Theron, père de deux enfants, 46 ans, secrétaire médical à l’Hospitalisation A Domicile (HAD) de l’unité Albert Chennevier de Créteil (94), syndiqué au syndicat SUD Santé Sociaux de l’AP/HP, a vraisemblablement reçu au visage un morceau d’une grenade lancée par les forces de l’ordre. Malheureusement, malgré les soins prodigués cette nuit à l’Hôpital Cochin, Laurent Theron a perdu l’usage de son œil.

Mobilisation en Bretagne contre l'arbitraire de la DR

60 salariés à Lorient aujourd'hui qui ont répondu à l'appel des 3 syndicats FO, CGT et SUD FPA. A suivre.

thumbTract intersyndical Salarié Lorient 12 sept 2016

Cap Plein SUD Champagne Ardenne Septembre 2016

sevice public

Editorial

Le Président BAROU vient d’exposer sa nouvelle feuille de route, le DG est parti, c’était qui déjà ? Ah oui ! …ESTAMPES, DONON le remplace par intérim, le DRH est remplacé en septembre : ça bouge à la T9 (devenue Cityscope) et ça déménage à La Noue (siège historique de l’AFPA qui sera fermé avant la fin de l’année) !

Sinon, le vrai grand sujet, c’est la transformation statutaire, après le plan stratégique, la refondation 1 et la refondation 2, pendant que nos dirigeants font le tri de ce qui est service public et de ce qui ne l’est pas, les salariés cherchent à savoir de quel côté (de l’EPIC ou de la filiale) l’herbe est plus verte et l’avenir plus sûr.

Ce qui ne changera pas, c’est la schizophrénie institutionnelle : le discours paradoxal se généralise et accentue le malaise des salariés entre respect du référentiel et réduction des durées de formation, entre qualité de la formation et injonctions de production, entre certification et conditions de formations impossibles à tenir…

Ce qui ne changera pas non plus c’est la confusion qui règne dans les services de périmètres nationaux, de périmètres régionaux (conseil en formation et développement par exemple) et l’incidence locale pour les centres. Le « double reporting » (c’est quand on a deux chefs) se généralise.

Pour les deux CRE estivaux, le premier, en juillet, a été présidé par le Directeur Régional et le second, en août par le figurant habituel : le DRH régional. Réponses claires et tranchantes en juillet, réponses évasives, imprécises et fuites en avant au mois d’août.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD septembre 2016.pdf)cap plein SUD septembre 2016.pdf[ ]899 Kb

Déclaration de SUD FPA CHampagne Ardenne au Directeur Régional Schwach

Déclaration de la Délégation syndicale SUDFPA

Au cours du CRE du 18 juillet présidé par D. Schwach, Directeur Régional

 

Monsieur le Président du CRE, Monsieur le Directeur Régional

Depuis plusieurs années, nous observons l’évolution de l’AFPA dans un climat de plus en plus délétère pour ses salariés. Sans faillir, nous remontons dans cette instance le malaise exprimé par nos collègues au jour le jour. La plupart du temps, nos expressions sont restées sans écho de la part de la direction.

Ainsi, les demandes d’information récurrentes sur les indicateurs d’absentéisme du personnel et l’interpellation au sujet de la production du bilan social sont restées sans réponses.

Alors, Monsieur le Président, auriez-vous quelque chose à nous cacher ? Voulez-vous vous abstenir d’avoir une réflexion sur ce sujet et échapper à la mise en place d’un plan d’action ?

D’après nos calculs, l’absentéisme national représente près de 1000 ETP annuels ce qui renforce nos inquiétudes ; quel est-il réellement en région ?

Point par point, dans cet ordre du jour, nous voulons vous interpeller sur des problématiques de terrain que nous avons identifiées comme étant les causes possibles de cette situation catastrophique.

Pour resituer le contexte, rappelons que les évolutions permanentes que l’AFPA a subi depuis plusieurs années, à savoir le plan stratégique plus connu dans nos rangs sous l’appellation de « plan tragique » puis la refondation 1 suivie de la refondation 2, véritables transformations « génétiques » qu’il conviendrait mieux d’appeler mutation 1, mutation 2— ont largement contribué à accentuer le malaise ressenti sur le terrain. Nous souhaitons illustrer cela, aujourd’hui, dans nos débats, par des situations concrètes.

Illustration de la mutation de l’institution par l’évolution des quatre piliers historiques de l’AFPA :

  • L’orientation, aujourd’hui transférée à pôle emploi, est devenue recrutement, lui-même menacé par le principe de l’entrée systématique en formation pour le plan 500000 en attendant la suite …. La conséquence ? A l’entrée en formation, les publics sont peu ciblés et le seront encore moins demain.

    Pièce(s) jointe(s):
    Télécharger ce fichier (Déclaration SUDFPA au CRE du 18 juillet.pdf)Déclaration SUDFPA au CRE du 18 juillet.pdf[ ]1125 Kb

Plan 500 000, on marche sur la tête !

A l’heure où l’AFPA a renoncé à toute sélection à l’entrée en stage au grand mépris des stagiaires et du personnel de l'AFPA, en particulier des formateurs , Michel Abhervé

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2016/09/07/plan-500-000-formations-on-marche-sur-la-tete/

nous avertit :

Plan 500 000, on marche sur la tête !

Drôle de monde que celui de la formation professionnelle : il y a quelque années l’ANPE envoyait vers l’AFPA des demandeurs d’emploi ayant besoin d’une formation qualifiante, et les ” psychos de l’AFPA ” vérifiaient que ceux-ci avaient bien les pré-requis et la motivation nécessaire pour tirer profit de la formation.

Aujourd’hui ces ” psychos ” ont été transférés à Pôle emploi qui pendant longtemps non seulement ne savait pas vraiment quoi en faire (voir Quand c’est difficile à deux, ajoutons un troisième), mais niait même le besoin de ces psychos (voir Le transfert des psychos de l’AFPA a réduit de moitié le nombre des prestations d’orientation), ignorait leurs exigences déontologiques (voir Histoire de portes à Pôle emploi : le psychologue et la confidentialité) et ne les prenait pas en compte dans le système de classification  (voir Les “ex-psychos de l’AFPA” en grève le 17 juin faute de reconnaissance au sein de Pôle emploi).

Pire, lorsque le Conseil en Évolution Professionnelle, CEP, s’est mis en place, alors que les compétences de ces professionnels auraient du être au cœur  de la démarche, le choix a été fait, clairement, de nier cette spécificité et de considérer, contre toute logique, que tous les entretiens avec des demandeurs d’emploi seraient qualifiés comme relevant du Conseil en Évolution Professionnel (voir Pour Pôle emploi, le Conseil en Évolution Professionnelle n’est que le nouveau nom des entretiens de suivi), ce qui a permis d’afficher des résultats quantitatifs faramineux, sans que peu s’interrogent sur la qualité de ces entretiens, et leur non conformité avec l’objectif affiché (voir La mise en œuvre du Conseil en Évolution Professionnelle à Pôle emploi nie les compétences des “ex-psychos de l’AFPA”).

Dans la navigation à la godille qui caractéristique la pratique de son patron,Jean Bassères, l’institution prend maintenant le contre pied complet de cette pratique, comme le relate Le Figaro, en prévoyant de recruter 450 psychos supplémentaires puisqu’il est affirmé  que le demandeur d’emploi se verra proposée cette prestation par son conseiller référent « Il est essentiel que les psychologues du travail exercent leurs activités au cœur de notre organisation, c’est-à-dire en agence de proximité».

Cap Plein SUD IDF août 2016

Sommaire

- Edito : Chômeur ! Un métier d'avenir

- CDD, ça rime avec RTT ? L'AFPA dit non

- Temps de travail des formateurs : définitions

- Coup de fatigue 

 Chômeur ! Un métier d'avenir…

chômeur formation

 Rendez-vous compte, tout le monde se les arrache, les chômeurs. Du gouvernement, forcément, à Philippe Richert, président de la région Grand Est, en passant par Pôle Emploi, qui en profite à l'occasion pour s'inventer un nouveau rôle, la conception pédagogique (cf. photo), c'est à qui prouvera qu'il est le plus attaché à combattre le « cancer » du chômage.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf aout 2016.pdf)cap plein SUD Idf aout 2016.pdf[ ]187 Kb

Loi travail, ON CONTINUE !

Le 15 septembre on fait grève et on manifeste

Malgré plusieurs mois de mobilisations, de manifestations et de grèves, des jeunes, des salarié-es, des précaires, des chômeurs-ses, des Nuit debout, le gouvernement a fait « adopter » la loi travail cet été, en recourant à un énième 49-3.

Ceci constitue une nouvelle marque de sa politique au service du patronat (et le Medef en veut toujours plus!) comme celle de sa conception de la démocratie : le passage en force.

Plus de cent décrets devront être adoptés d'ici la fin de l'année, et certains sont déjà en cours d'adoption, comme celui sur le barème indicatif des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif (issu de la Loi Macron). Celui-ci va permettre aux employeurs de connaître le risque qu'ils prennent pour ce qui constitue des infractions à la légalité...

Pour l'ensemble des dispositions, Solidaires s'engagera dans la bataille juridique en lien avec les autres organisations syndicales. Ces recours concerneront notamment le primat de la négociation d'entreprise au détriment des conventions collectives et de la loi, sur les sujets de l'emploi, de l'organisation et du temps de travail, des heures supplémentaires...

Mais plus que tout, c'est dans la rue que nous devons montrer notre détermination à faire abroger cette loi « anti-travail ».

Solidaires continue de refuser à travers cette loi illégitime :

- la casse du code du travail et donc la casse des protections et des droits des salarié-es,

- la précarisation encore un peu plus des salarié-es, et particulièrement des femmes,

- son idéologie qui servira aussi à la casse de la fonction publique (mobilité non choisie, contrats plutôt que concours, allongement du temps de travail…),

- le sacrifice des salarié-es sur l'autel d'une croissance et le dumping social qui ne sont que des prétextes à la captation de richesses d'une minorité sur la planète (1 % les plus riches détenant 50 % du patrimoine mondial !),

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (15_septembre.pdf)15_septembre.pdf[ ]144 Kb

Page 10 sur 59

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates