Un petit tour et puis s’en va !

Le DG Estampes est passé le vendredi 12 juillet au centre de Douai Cantin, Nord Pas de Calais, et a rencontré les organisations syndicales en fin de matinée.

En invitant les représentants du personnel, il voulait sans doute éviter de trouver du personnel devant la porte. Gagné!!

Il est arrivé en bus AFPA  après visite du centre (Douai Cantin regroupe 3 sites dans la même rue longue d’un km, dont un site transports).

D’entrée, il dit souhaiter nous écouter, mais SUD précise que c’est sur son invitation que nous sommes présents, et qu’il a peut-être quelque nouvelle importante à communiquer.

 

Non !

L’essentiel de ses propos va consister à justifier les choix contenus dans le plan de refondation.

Le plan 100 000/30 000 formations de demandeurs d’emploi ? "Il va nous apporter une bouée d’oxygène en terme d’activité, même si les questions de la maîtrise d’œuvre et du financement sont loin d’être réglées."

Il précise que l’AFPA aura besoin de recruter 500 formateurs pour cette opération.

Préoccupé du nombre important de départs en retraite de formateurs, il a son idée sur la question : contacter les grandes entreprises qui mettent en place des plans séniors, et qui seraient contentes de nous « fourguer » les professionnels dont elles n’ont plus besoin…mais qui seraient bons pour la formation !

Pourquoi la capacité de 15 400 stagiaires avancée par l’AFPA ? Parce que vue notre taille, il fallait qu’on s’aligne sur au moins la moitié de la première vague…Son problème premier ne semble pas la possibilité de les accueillir convenablement.

Dès qu’on évoque des situations de mal être du personnel, et les aberrations des plans successifs, Estampes demande des précisions : qui, quel centre ? Manière implicite de reconnaître qu’il n’a pas la situation en main. Pas de remède d’ensemble. Ou bien de réduire cette épidémie à quelques rares cas isolés !

Sur les CDD « de carrière » supérieurs à  7 ans : il promet de CDIser aussitôt. Il annonce aussi la fin des CDI de Chantier, surutilisés à AFPA Transition. On entre dans une logique de non précarité. « Il est insupportable qu’on soit aussi mauvais ! » « L’AFPA ne peut pas se permettre d’être en dehors du code du travail. », dit-il à deux reprises. Y aurait-il là un message pour une organisation syndicale !

Attendons les actes !

SUD lui rappelle que les comportements de la hiérarchie sont révélateurs du double langage de la Direction Générale : caresser dans le sens du poil mais archiprioriser la production. Pour preuve, les réunions du personnel autour des « projets de centre » où les hiérarchiques, tétanisés par les résultats, ressassent à l’envi l’atteinte des objectifs.

Fin des échanges à 12 h 45. Le DG a rendez-vous sur place avec le conseil régional !

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

SudFPA RSS

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates