Analyses du CRE AFPA Languedoc Roussillon de février 2016

Pétition des A.T

Une pétition signée par des AT et AC circule pour demander la fin de la discrimination qu’elles subissent. En effet, pour le même travail certaines sont en classe 6, en 7 ou encore en 8.

 L’intersyndicale en CRE s’est faite le relais de cette demande, le DR, convaincu de cette injustice, s’est engagé à faire remonter la revendication en y ajoutant un commentaire personnel. (lequel, quand, auprès de qui ?).

 Enfreindre les règles pour créer de l’instabilité

Dans le contexte actuel ou la reconnaissance salariale, la reconnaissance symbolique ont disparues, il reste la promotion qui représente l’espoir d’évoluer.

 Plusieurs postes à Nîmes, Alès et Transition ont été attribués à des salariés sans doute méritants mais sans publication de poste.

 La règle à l’Afpa est de publier le poste à sa création afin que tout candidat puisse avoir sa chance. Cette règle semble être régulièrement transgressée, provoquant amertume et colère des collègues qui pouvaient espérer évoluer.

 L’impression qu’il faille « fayoter pour avancer » au détriment du mérite est envahissante.

Organisation du service commercial

 C’est simple : plus on fait du chiffre et plus on monte dans la hiérarchie. Les objectifs sont quantitatifs et fixés selon la demande du DR. La traçabilité y est une obsession. « À l’instant T », la direction peut voir ce que rapporte chaque salarié de ce service.

 La limite de l’exercice est de pousser à faire du chiffre au détriment des valeurs et de la qualité du service rendu. Or, on s’aperçoit quand même que très souvent le lien entre les producteurs et les commerciaux est distant, voir coupé par la pression mise sur les salariés.

 SUD interpelle le directeur commercial concernant les A.C. qui ne sont pas en charge de prospecter puisqu’elles traitent les dossiers individuels qui arrivent à l’accueil ou qui se trouvent dans la brique. Elles ne sont, de ce fait, pas responsables du nombre de dossiers arrivants. Le directeur commercial le reconnait et joue sur l’ambigüité qu’il s’agit plutôt d’un tableau de bord (un indicateur).

 Sauf qu’en réalité les collègues AC sont plus qu’inquiètes lorsque par manque de candidats, elles se retrouvent sous l’objectif fixé. Elles se voient alors placées dans les colonnes rouges pendant que leurs collègues sont dans le vert.

 Cette façon d’être montrée du doigt est très efficace pour les culpabiliser, c’est une injonction paradoxale : « Je dois faire mais je ne peux pas faire ».

Les CHSCT peuvent intervenir dans ce cadre.

 Afpa Transition

Le marché de l’accompagnement des licenciés économiques a été gagné par le groupement Afpa-Altédia. Un potentiel de 1 million d’euros permet de recruter des consultants (prioritairement des collègues sans activité) et bien sûr un chef de projet. Il faudra leur trouver des lieux avec un bureau couplé d’une salle de cours.

 Espérons que les collègues auront les moyens de faire un travail de qualité.

 Plan 500 000 et précarité

Une forte activité est prévue en septembre : plusieurs dizaines de « formateurs intérimaires » devraient être recrutés pour environs 5000 stagiaires de plus.

 La direction apprécie particulièrement le personnel dans la précarité. En effet, elle est persuadée que la précarité est un facteur de stimulation, elle sait que c’est un facteur de soumission.

 Le personnel d’appui sera sur-sollicité et quelle sera la réponse de la direction ?

Les dirigeants sont mobilisés pour « saturer » et chercher où il est possible de travailler en double équipe (plutôt l’industrie).

Cette commande sera délivrée par le Conseil régional soit à travers un nouvel appel d’offre, soit par un abondement (complément) de celui qui est en cours.

 C’est clair : la subvention c’est fini, l’état se désengage et préfère laisser le marché se débrouiller.

 Autrement dit : le moins cher gagnera et fera baisser tous les autres en termes de prix, de qualité de service.

 Bientôt les élections présidentielles, il ne faudra pas se tromper.

 Faire du chiffre au détriment des valeurs, au détriment de la qualité, nous pend au nez. Dès à présent, il faut interroger à travers les DP, CHSCT, CRE pour savoir dans quelles conditions vont s’opérer ces modifications d’organisations.

 L’expérience prouve que seule, la base connait les problèmes de terrain. Croire que nos inquiétudes soient prises en compte sans rien faire, en faisant confiance aux chefs est une belle erreur, lourde de conséquences.

 Vous l’avez compris, le CRE comme les DP ne sont pas des espaces de négociations mais plutôt des lieux ou la direction est obligée d’informer les IRP (Instances de Représentation des Salariés).

 A la différence, les OS (organisations Syndicales) ont le monopole de la négociation. Aidées d’un rapport de force favorable, elles amèneront de bonnes conditions pour la signature d‘accords intéressants.

 D’où l’intérêt majeur de se syndiquer auprès d’un syndicat combatif qui privilégie les droits des salariés au chiffre d’affaires.

 Dans ce monde ou l’économie n’est plus au service de l’homme, mais plutôt l’homme au service de l’économie, la série de reportages « le bonheur au travail » sur You tube vous donnera un peu de baume au cœur.

 SUD FPA 13 place du Général de Gaulle 93108 Montreuil

01 48 70 51 68.

 Votre contact en région : 06.42.90.09.47.

Le site : Sudfpa  

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

SudFPA RSS

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates