Analyse CRE AFPA Languedoc Roussillon Mai 2016

Litige MF-Formateur à St-Jean

A St-Jean, un MF est entré en conflit avec un formateur en CDD : ce dernier ne disposant pas de ressources pour sa formation a dû les construire pendant les congés de noël et ses weekends, on lui a même refusé de prendre ses RTT avant fin mai. Le MF a utilisé une enquête de satisfaction à mi-parcours pour mettre en cause le formateur en public. Profondément touché le formateur est en arrêt de travail.

En CRE Sud a demandé une interruption de séance, ce qui a permis à l’intersyndicale de construire une réponse collective : nous ne voulons plus qu’un MF s’autorise à hausser le ton sur un formateur en présence de stagiaires ou à questionner des stagiaires mécontents sans la présence du formateur. Il faut absolument une discussion loyale entre le MF et le Formateur. Le DR a acquiescé.

Enquête de satisfaction/stagiaire

Habilement enrobé par le principe : le « client » doit être satisfait de nos prestations, le DR déclare : « Il faut que les enquêtes de satisfaction stagiaire prennent plus de place. »

  • Pour SUD : C’est habile parce que cette pression est intériorisée par la plupart des salariés.

L’histoire de l’Afpa a été construite sur la réussite de nos stagiaires. La « saturation du dispositif, le remplissage » prônée par les dirigeants nous oblige à travailler avec des stagiaires loin des prérequis.

Du temps et de l’énergie sont nécessaires pour répondre aux besoins de ces derniers. Or, c’est justement ce que les dirigeants nous refusent par : les entrées décalées, le stagiaire qui se présente le lundi sans que le formateur soit prévenu, le temps passé devant l’ordinateur pour les procédures (qualité, achats, bilans, travail d’ingénierie pas toujours fait, etc.).

Entre le marteau et l’enclume que faire ? Se taire ?

Le monde selon notre DR

Le DR : Lorsque nous gagnons un marché dans un endroit où nous ne sommes pas présents, je ne vous cache pas que je choisirai la solution CDD parce que les CDI refusent d’être mobiles, par exemple : 6 régions ont perdu le marché CSP (reclassement des salariés licenciés économique) et 5 autres l’ont gagné, aucun salarié Afpa n’a voulu bouger. Si nous étions dans le BTP, cela ne poserai aucun problème, les salariés suivent le travail.

  • Pour SUD : Dans le BTP les primes de déplacement permettent de doubler facilement le salaire de base et sont à la hauteur du sacrifice, cela n’a rien à voir avec cette GPEEC misérable imposée unilatéralement sans compromis possible.

La solution est de rémunérer correctement la mobilité, cela existe bien avec les itinérants, qui ont l’avantage sur les CDD de connaitre « la maison » et d’être moins coûteux, ce qui permettrai au personnel d’avoir une vie acceptable.

Etrange comme les dirigeants aime la précarité pour les « autres »

Productivité

Le DR : Il nous manque 10% de productivité, si au lieu d’avoir 11 stagiaires, on en avait 12, nous n’aurions plus de problème. Ajouter une personne dans un groupe ne constitue pas une grosse charge de travail en plus.

  • Pour SUD : Certain collègues ont déjà plus de 25 stagiaires ! Encore une fois, présenté comme cela c’est très habile, la réalité c’est le manque de temps à consacrer aux individus, les programmations faites sans les formateurs, le marché privé qui s’impose sans respect, et un « déclic » par-dessus, c’est la noyade assurée. Quand la production sera respectée ?

Produire plus, gagner moins pour nourrir la T9 ?

Entretien individuel

La DRH : 46.62% des entretiens individuels ont été réalisés dans notre région.

  • Pour SUD : C’est dans les années 70 qu’est apparu ce dispositif, inventé par le Medef pour contrecarrer les mouvements collectifs de 68. Créer pour isolé le salarié. Avant 68, il était inimaginable qu’un salarié soit dans le bureau du chef sans le délégué syndical à ses côtés. Maintenant, on y va souvent seul avec la peur au ventre : des objectifs nouveaux sont donnés avec des moyens qui ne sont pas à la hauteur. On est évalué sur les objectifs de l’année précédente, on attend de la reconnaissance en fonction de l’investissement personnel, mais c’est une année gelée tu comprends ? Oui mais quand même…….Et puis rien.

Seul devant le chef, il faut recentrer l’échange sur les moyens, après c’est cuit.

Avoir des objectifs individuels détruit les collectifs, génère l’individualisme et fragilise tout le monde

Les dirigeants adorent le SMIC pour les « autres »

Quatre centres utilisent du personnel en CDD pour s’occuper des dossiers rémunération. Leurs contrats se finissent fin mai. Bizarrement la DRH prolongera leurs contrats par un avenant jusqu’en juillet alors que l’activité est pérenne ? La solution envisagée : employer des personnes sur un statut encore pire qu’un simple CDD. Des CAE payés au Smic (90% du salaire ainsi que les charges sociales pris en charge par l’état, c’est-à-dire nous). On leur promet un CDI, qui ne viendra sans doute jamais.

Heureusement un agent d’une Direcct considère que l’Afpa n’est pas à jour de ses cotisations sociales et ne l’autorise pas à bénéficier de salariés dont une partie des charges sociales seraient payées par la collectivité nationale. Notre DRH prétend le contraire !!

Sans accord cela obligerait l’embauche en CDI, de 4 AT après juillet.

  • Pour SUD : Plus les dirigeants précarisent la production, plus les collègues partent en invalidité, démissions, ruptures conventionnelles et plus le chiffre d’affaires baisse.

Conclusion

Nos intérêts sont contradictoires : la Direction Régionale est jugée sur la réduction des « coûts », l’optimisation des plateaux techniques. Nous sur le terrain au quotidien ce sont les stagiaires qui nous renvoient leurs appréciations doublées de contraintes hiérarchiques trop souvent paradoxales : faire plus avec moins. Notre métier nous demande d’être souvent dans une position médiatrice devenue de plus en plus difficile à tenir.

Le nombre record de démissions, arrêts maladie, licenciements pour inaptitude s’explique par des conditions de travail toujours plus dures. Sur ces sujet, il règne alors un tabou : ces arrêts sont imputés au salariés qui ont des problèmes personnels.

C’est à chacun de nous de s’engager pour construire ensemble l’inversion de cette tendance destructrice.

Votre contact en région : 06.42.90.09.47.

Le site : http://www.sudfpa.net

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (analyse CRE mai 2016.pdf)analyse CRE mai 2016.pdf[ ]268 Kb

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

SudFPA RSS

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates