Formation : les programmes de 10 candidats à l'élection présidentielle 2017

Voici les programmes de 10 candidats (dans le désordre)

Benoit Hamon

Donner corps à un droit universel à la formation tout au long de la vie par un rapprochement entre la formation continue et la formation initiale

Mieux prendre en compte les certifications et qualifications obtenues à l'issue des formations

Faire des universités et des écoles les principaux acteurs de la formation continue

Doter chaque actif d'un droit à un an de congé-formation pour acquérir un diplôme ou une qualification (

Créer une contribution sociale sur les robots qui alimentera un Fonds de Transition Travail (FTT), dont la mission sera de créer autant d’emplois nouveaux que ceux qui disparaîtront, et de financer la formation des salariés à ces nouveaux métiers. Les entreprises dont la robotisation s’accompagne d’une augmentation des effectifs seront dispensées de cette contribution.

Jean-Luc Mélenchon

Pour les demandeurs d’emploi, instauration d’un "droit opposable à l’emploi" qui se traduirait par une obligation pour l’État de proposer un emploi aux personnes restées inactives pendant douze mois.

Refonder l'organisation de la formation professionnelle des adultes et la formation continue, et l'inclure dans le service public de l'enseignement professionnel. Elle doit d'abord profiter aux travailleurs pas ou peu qualifiés et aux chômeurs

Remplacer les emplois d'avenir par un contrat jeune d'une durée de cinq ans, dans le secteur non marchand et public, ouvrant droit à une formation qualifiante en alternance ou à une préparation aux concours de la fonction publique

La formation professionnelle continue doit relever du service public. Ce service public engagera des plans de formation en appui aux politiques de développement dans les secteurs qui répondent aux besoins sociaux du pays : énergies nouvelles, ferroutage, secteurs industriels à relocaliser.

Philippe Poutou

Rien (absence qui a un sens)

Nathalie Arthaud

Rien (absence qui a un sens)

Emmanuel Macron

Supprimer l'intermédiation assurée par les Opca et retirer aux partenaires sociaux la gouvernance de la formation professionnelle au niveau national

Labelliser tous les organismes de formation qui devront rendre compte de la performance de leurs prestations

Former un million de jeunes peu qualifiés éloignés de l’emploi et un million de chômeurs de longue durée faiblement qualifiés

Mobiliser 15 milliards d'euros pour investir dans le développement des compétences

Généraliser le bilan de compétences pour tout nouveau chômeur

Créer une vraie sécurité professionnelle basée sur une formation vraiment qualifiante

François Asselineau

Rien (un paragraphe sur la formation des enseignants)

Jacques Cheminade

Faire accéder à la formation ceux qui en ont le plus besoin (jeunes insuffisamment qualifiés, salariés en réinsertion, chômeurs de longue durée, femmes cherchant un emploi après une maternité, salariés de PME et de TPE, etc.).

Entreprendre un grand effort de formation professionnelle dans les prisons, meilleur moyen pour assurer la réintégration sociale et prévenir la récidive

Les secteurs prioritaires de la formation devront être les métiers associés aux technologies de pointe que je préconise pour le grand chantier de demain (transports à grande vitesse, voitures électriques et à hydrogène, nucléaire de quatrième génération et fusion, numérique, étude des sols, robotique, dépollution, etc

Soumettre les organismes de formation à un réel contrôle des compétences et des parcours

Assurer que le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) puisse remplir efficacement ses deux missions fondamentales, la péréquation et la requalification des salariés et des demandeurs d’emploi ;

Faire en sorte que plus de 700 000 formations longues et qualifiantes soient offertes chaque année, pour faire face aux changements d’emplois, de métiers et d’activités qui vont se produire plusieurs fois au cours d’une vie si notre société se donne un avenir meilleur.

Nicolas Dupont-Aignan

Cibler les formations sur ceux qui en ont vraiment besoin (jeunes sortis du système scolaire et chômeurs de longue durée) et ainsi consacrer un budget plus important par personne formée.

Créer un organisme régional ad hoc, incluant les régions et les partenaires sociaux, très au fait du monde du travail, qui assurera l’orientation des élèves.

Mettre en place un véritable parcours de la deuxième chance pour les jeunes sans qualification leur permettant d'alterner entre formations et expériences professionnelles

Jean Lassalle

Rien

François Fillon

Sécuriser les parcours professionnels en permettant à chaque Français de bénéficier d’un «capital formation» qui remplacera les dispositifs existants (CPF, CIF…) et permettra de rationaliser et de débureaucratiser les fonds de la formation professionnelle, en donnant à chaque salarié et à chaque demandeur d’emploi l’opportunité de se construire une carrière et de se prémunir contre l’inactivité.

Promouvoir la reconnaissance des compétences et arrêter de privilégier uniquement le diplôme.

SudFPA RSS

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates