Rencontre DGEFP : SUD FPA FPA demande à l’Etat de l’argent pour la politique sociale de l’AFPA

Il y a un peu plus d’un mois, les Organisations syndicales de l’AFPA (sauf la CGC AFPA) avaient demandé un rendez-vous au 1er ministre.

Son cabinet a répondu en donnant rendez-vous aux organisations syndicales…à la DGEFP.

La patronne de la DGEFP, Carine Chevrier, nommée par Hollande en 2015, recevait donc les syndicats de l’AFPA le 27 juin à 10 h 30. La DGEFP était accompagnée de 3 fonctionnaires dont le chef de projet AFPA EPIC. En plus elle avait demandé à la directrice générale de l’AFPA d’être présente, et celle-ci au DRH de l’AFPA d’être présent. Heureusement que la cascade s’est arrêtée là !

Les Organisations syndicales ont d’abord lu leurs déclarations.

La déclaration de SUD FPA regrette la dégradation des relations avec le gouvernement. Le conseiller social du 1er ministre, Valls, avait reçu les syndicats de l’AFPA en juin 2016. Mais nous ignorions que Mme Chevrier est l’épouse de M Fatome, qui vient d’être nommé directeur de cabinet adjoint du 1er ministre ! Le cabinet du 1er ministre sera donc bien informé !

SUD FPA remarque également l’absence de Bercy à cette réunion, ainsi que la présence de la directrice générale de l’AFPA.

SUD FPA demande à la DGEFP de faire en sorte que les accords d’entreprise à l’AFPA soient autre chose que du vent.

Quelles réponses la Déléguée générale a-t-elle apportées aux organisations syndicales de l’AFPA ?

  • « Le ministère du travail n’a pas transformé l’AFPA en EPIC sans avoir un vrai projet pour l’AFPA… »
  • « Le plan Macron sera pluriannuel et devrait démarrer fin 2017 »
  • « Si le COP (contrat d’objectifs et de performances) de 2017 n’est pas encore paru, c’est que nous tenons à bien faire les choses… »
  • « Les personnes les plus éloignés de l’emploi sont les jeunes en décrochage et les migrants… »
  • A la question de SUD FPA « mais les demandeurs d’emploi de longue durée et peu qualifiés que devrait cibler le plan Macron ne font-ils pas partie…des personnes les plus éloignés de l’emploi ? » Mme Chevrier répond : « Tout dépend de l’intensité concurrentielle…si l’intensité concurrentielle est faible, l’action envisagée sera qualifiée de ciblée vers les personnes les plus éloignés de l’emploi et fera l’objet d’une dotation publique »…

Commentaire : cela ne tient pas du tout aux caractéristiques objectives des personnes. On marche sur la tête !

Somme toute, un rendez-vous pour rien !

A la fin de la réunion, SUD FPA a demandé de façon très explicite de l’argent à l’Etat d’une part pour la trésorerie de l’AFPA et d’autre part pour la politique sociale de l’AFPA…

La DGEFP nous a regardés comme si nous venions de prononcer une série de gros mots. «  Ce n’est pas l’objet de l’entretien, l’EPIC AFPA est autonome, l’AFPA doit s’adapter, les organismes privés le font bien… »

Quand les OS ont évoqué la garantie de l’Etat, la DGEFP a répondu « garantie implicite ».

Puis elle a conclu en disant qu’elle allait rapporter cet entretien à Mme Penicaud, notre nouvelle ministre du travail.

L’ex DRH de Danone fera-t-elle mieux que l’ex DRH de Thalès, Yves Barou, qui s’est employé pendant 5 ans à refonder l’AFPA, sans autres résultats que perte de marchés, 1 500 ETP en moins et près de 500 millions € de pertes en plus  !

Si Mme Penicaud, la XXL Khomri, s’occupe de l’AFPA comme elle a l’intention de s’occuper de la « rénovation » du code du travail, on connait la réponse !