Le 19 avril en grève, en manifestation, amplifions et coordonnons les mobilisations sociales

L’Union syndicale Solidaires a décidé de se joindre à l’appel à grèves et manifestations le 19 avril. Les mobilisations actuelles se renforcent et s’étendent dans le rail, dans les universités, les hôpitaux, aux finances publiques, dans une partie croissante des services publics mais aussi dans le secteur privé en particulier sur la question des salaires et plus globalement sur le pouvoir d’achat avec la mobilisation des retraité.es.

Chaque secteur a des revendications propres. Nous savons que face à ce gouvernement c’est un mouvement de convergence concrète des luttes qui permettra de gagner. Pour cela il faut renforcer chacune de nos luttes. Ces convergences prennent aujourd’hui des formes diverses comme par exemple avec la manifestation parisienne du vendredi 13 avril qui partira avec les cheminot.es de l’université Paris 1 Tolbiac pour se rendre à la Gare d’Austerlitz en passant par l’hôpital de la Salpêtrière.

Agissons avec Solidaires pour défendre les services publics et leurs salariés

services-p

Dans une vidéo diffusée dans l'émission de TV Expression directe, Solidaires porte la parole des salariés des services publics. Le clip montre le visage des invisibles. On voit tous ceux qui à la poste, à la SNCF, aux impôts, dans les douanes, dans les écoles et les centres de formation, à l'inspection du travail, dans les musées, à la météo et dans tous les autres services où les salariés sont aujourd'hui contestés et malmenés. SUD FPA était parmi eux dans la rue.
NON la casse des services publics n'est pas une fatalité.

Tous en grève le 22 Mars : attaques inégalées contre la fonction et les services publics

Pour SUD FPA , les services publics sont une richesse pour notre pays, une des principales richesses de notre pays.

SUD FPA se bat pour le renforcement de ces services publics. Il faut répondre aux besoins immenses en matière de formation professionnelle. et principalement des demandeurs d'emplois. Par les coups que le gouvernement porte au service public de la formation professionnelle, et notamment à l'AFPA depuis plus de 10 ans, il contribue à détruire ce service public nécessaire à des millions de salariés et de demandeurs d'emploi.

Seul un service public de la formation professionnelle peut être le garant de l’égalité d'accès des demandeurs d'emploi à des formations qualifiantes et de qualité.

TOU.T.E.S EN GREVE ET DANS LES MANIFESTATIONS LE 22 MARS !

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (4pages-2.pdf)4pages-2.pdf[ ]297 Kb

Un autre code du travail est-il possible ?

Eric Beynel Porte-parole de Solidaires Revue Droit social 2018 p227

« La loi, c'est une couverture pour une personne dans un lit deux places où sont couchés trois types par une nuit glaciale. On aura beau tirer dans tous les sens, y aura jamais assez pour couvrir tout le monde et quelqu'un finira forcément par choper une pneumonie. »

Robert Penn Warren, Tous les hommes du roi

Débats et faux débats

Depuis 2015, la question du travail et plus particulièrement du code du travail est devenue centrale non seulement dans le mouvement social mais aussi dans la société tout entière. Les attaques se sont succédé contre cet outil qui tente de remettre un peu d'équilibre à l'intérieur des entreprises face à la toute-puissance dévastatrice du lien de subordination. Comme toujours, ces attaques se sont appuyées sur une bataille pour obtenir l'hégémonie culturelle sur les termes et les objectifs des capitalistes.

La rupture conventionnelle collective ou la grande arnaque...

C’est assurément une des mesures phares des ordonnances Macron de l’automne. L’une de celles les plus attendues par le patronat dont le MEDEF avait passé commande au président des riches : la rupture conventionnelle collective (RCC) ou la mise à la porte (par accord) des salarié-es plutôt que leur licenciement économique !

Cette rupture conventionnelle collective prend la forme de départs « volontaires » : contre une indemnité négociée par accord, il n’y a plus aucune obligation de reclassement, ni proposition de contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Enfin il ne comporte aucune priorité à la réembauche !

Dans un contexte où les suppressions d’emplois et les licenciements sont nombreux et ont des conséquences dramatiques, le plan de sauvegarde de l’emploi (basiquement appelé plan social) est là pour donner des garanties au salarié-es en cas de départs collectifs pour raisons économiques. La rupture conventionnelle collective, elle, va relever du strict bon vouloir patronal, l’entreprise n’ayant même pas à justifier d’une difficulté ou d’un contexte économique particulier. Et il suffira au patron de trouver les bons syndicats partenaires pour la réaliser par accord.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (rccvdef.pdf)rccvdef.pdf[ ]150 Kb

Page 1 sur 14

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates