16 novembre 2017 Toutes et tous en grève

Les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA appellent les salariés de l’AFPA à se joindre à la journée de mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre 2017 pour obtenir le retrait des ordonnances.

  • Parce que le principe même des ordonnances est inacceptable ;
  • Parce que ces ordonnances ne visent qu’un objectif : précariser tous les salariés ;
  • Parce que les conséquences immédiates sont dangereuses pour les salariés de l’AFPA :

« légalisation » des licenciements abusifs,

disparition des CHSCT et des DP dans les centres,

« accords » de réduction des salaires en permettant le chantage à l’emploi,

licenciements autorisés par avance des salariés qui refuseront les modifications de leurs contrats de travail (à la baisse, bien sûr).

De plus, nous pouvons nous attendre à d’autres ordonnances tout aussi dévastatrices sur la réforme de la Formation Professionnelle et de l’Assurance Chômage qui feraient peser d’autres risques sur les droits des salariés et des demandeurs d’emploi.

Compte tenu de la gravité de la situation à l’AFPA, ces ordonnances permettront à la direction de licencier le personnel avec plus de facilité et moins de droits pour les salariés.

Pour défendre nos droits, les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA vous donnent rendez-vous pour une grande manifestation interprofessionnelle… avant la grande manifestation pour la sauvegarde de l’AFPA.

Montreuil le 14 novembre 2017

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Grève du 16_11_2017.pdf)Grève du 16_11_2017.pdf[ ]103 Kb

Nous ne faisons pas partie de la cordée de Macron…

siteon0

L’Union syndicale Solidaires a été reçue par le Premier ministre, la Ministre du travail et le Ministre de l’éducation ce mardi 17 octobre.

Cela a été un moment pour affirmer notre exigence de retrait des ordonnances, d’abrogation de la loi El Khomri, mais aussi notre rejet des restrictions budgétaires qui touchent les services publics et exiger le maintien des contrats aidés, des APL et des fonds du logement social.

Pour Solidaires, toute cette politique fait système, elle provoque l’accroissement des inégalités, protège et encourage les nantis. C’est une politique de riches, de mépris pour ceux et celles, fainéant-es, qui foutent le bordel en défendant leurs droits, qui ne sont pas en tête de cordée, ou pas dans la cordée du tout.

Solidaires a réaffirmé ses revendications sur les sujets que le gouvernement présente comme la « sécurité » après la « flexibilité ».

Pour lutter contre le chômage, nous sommes pour la réduction du temps de travail à 32 heures sans réduction de salaire, l’indemnisation des carrières discontinues avec une continuité de droits, un statut du ou de la salarié-e, et bien sûr pour que la discussion sur le régime d’assurance chômage ait lieu avec les principaux-ales intéressé-es à savoir les associations de chômeur-euses qui sont encore une fois exclues du débat.

L’éventuel élargissement du régime d’assurance chômage ne peut pas être le prétexte à une baisse des indemnisations, ni à un renforcement des contrôles dans le seul objectif de radiation de personnes au chômage. Et la taxation des contrats courts ne doit pas cacher les autres méthodes des entreprises et des plus grandes en particulier : ruptures conventionnelles massives pour certaines, ou sous traitance généralisée pour faire reporter sur d’autres la faible durée ou qualité des contrats.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (com1710.pdf)com1710.pdf[ ]157 Kb

Lettre ouverte de l’Union syndicale Solidaires aux salarié-es, aux organisations et équipes syndicales

« Si nous voulons gagner, il va falloir lutter ensemble » 

Nous ne redirons pas ici tout le mal que nous pensons des attaques contre le droit du travail qu’a mis en route le gouvernement Philippe sous l’autorité d’Emmanuel Macron. Cette offensive vise à bouleverser à l'avantage des possédants tout ce qui fait les rapports sociaux dans ce pays.

Ainsi, le CDI tel que nous le connaissons serait vidé de sa substance ; la négociation au cas par cas, boîte par boîte de TOUT ce qui est lié à notre travail (salaire, amplitude, conditions d’exercice) serait généralisée ; des instances liées à la sécurité au travail comme le CHSCT seraient promises à la disparition ; les indemnités prudhommales seraient soumises à un barème fixe, autant dire que les patrons pourraient mettre de côté pour licencier à loisir…

Les informations dont nous disposons actuellement témoignent du caractère révoltant pour les salarié-e-s de cette nouvelle loi travail 2 ou « XXL ». La méthode en elle-même, celle des ordonnances, ressemble comme deux goûtes d’eau au « blitzkrieg » social que promettait François Fillon. Le gouvernement porte le fer sur bien d’autres fronts : jour de carence dans la fonction publique, gel du point d'indice, suppressions de 120 000 postes suppression de facteurs de pénibilités, passage de l'Etat d'urgence dans le droit commun… C’est bien notre vie quotidienne qui va pâtir, dès maintenant, des mesures prises par ce gouvernement.

Sept morts sur ordonnances

7morts sur ordonnance

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract SUD FPA appel à la grève VC.pdf)Tract SUD FPA appel à la grève VC.pdf[ ]254 Kb

Motion générale d’actualité du 7ème congrès national de Solidaires à Saint-Brieuc

Face à l’urgence sociale , construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es!

 Un coup d’État démocratique

 

La recomposition politique menée par E. Macron n’aura pas fait illusion longtemps sur la réalité de la politique menée par son gouvernement : c’est celle d’un ultra-libéralisme assumé qui va encore un peu plus servir les intérêts des plus privilégiés, au détriment de la majorité de la population.

 

Après une simagrée de concertation qui a peut être pu convaincre certains syndicats qui voulaient l’être, la réalité s’est vite imposée : une méthode d’adoption en accéléré, par ordonnances avec un planning de réunions lors de la période estivale, pour éviter tout mouvement de contestation.

 

Une réforme qui déséquilibre encore un peu plus le rapport de force entre salarié-es et patronat, pour la plus grande satisfaction du Medef .

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2017-06-15_actualite.pdf)2017-06-15_actualite.pdf[ ]264 Kb

Page 1 sur 12

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates