Pourquoi la crise, les dettes et les politiques d’austérité européennes sont tout sauf une fatalité Quelques éléments pour comprendre cette immense arnaque

La dette revient dans le débat public, économique et social. Lors des six dernières années, tous les gouvernements européens directement à la manoeuvre, ont présenté la facture de la crise économique et financière aux peuples à travers des politiques d’austérité drastiques dont le peuple grec est la victime la plus emblématique. Ceux-là mêmes qui sont à l’origine de cette crise (banques, fonds de pension) ont fait coup double : les pertes des banques ont été socialisées, les banques sont devenues ensuite les prêteurs des Etats qui s’étaient endettés, et pour finir, elles ont spéculé sur ces dettes...

La suite sur la pièce jointe

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (4pages_dette_solidaires_23_avril.pdf)4pages_dette_solidaires_23_avril.pdf[ ]350 Kb

Les salaires au rabais Y en a marre !!!

Les profits pompent nos salaires !

Chaque mois, lorsque nous touchons notre salaire, une partie de la richesse que nous avons produite par notre travail nous est confisquée. Les choix économiques du patronat comme de l’état n’ont pas pour objectif l’intérêt général mais la préservation des profits, imposons une autre répartition des richesses !

Les salaires dans le privé et dans le public baissent ou stagnent au mieux. Le pouvoir d’achat est en berne depuis des années !

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (TractSalaires-1.pdf)TractSalaires-1.pdf[ ]443 Kb

Les lobbys du CAC 40 règnent à l’assemblée

La commission des lois de l’assemblée nationale vient de rejeter une proposition de loi portée par des députés socialistes en particulier et visant à imposer un devoir de vigilance des sociétés mères multinationales sur leurs filiales et sous-traitants.
C’est la contrainte supplémentaire que cela ferait peser sur « nos entreprises » dans le contexte économique qui est mise en cause à cette occasion.
Pourtant les manifestations d’irresponsabilités des multinationales sont nombreuses et graves :
- L’incendie du Rana Plaza en 2013 qui a causé la mort de plus de 1100 ouvrier-e-s du textile au Bangladesh, travaillant pour de grandes marques internationales dont des marques françaises (Tex, Camaïeu, In Extenso).

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (com_multinationales.pdf)com_multinationales.pdf[ ]103 Kb

Nous serons en grève le 9 avril

Nous serons en grève le 9 avril

CGT, FO et Solidaires appellent à une journée de grève nationale interprofessionnelle et de manifestations, le 9 avril.
Ensemble, nous exprimerons ainsi notre refus de l’austérité, de la casse des services publics, des cadeaux aux patrons et actionnaires, de la détérioration de nos conditions de travail et de vie.
Ensemble, nous exigerons un autre partage des richesses que nous produisons par notre travail et qui sont aujourd’hui confisquées par les capitalistes.
C’est nous qui faisons fonctionner la société !
Ce ne sont pas les patrons, les actionnaires, les politiciens professionnels ou les rentiers qui font vivre la société. Ce qui nous permet de vivre ensemble, de produire des biens utiles à tous et à toutes, de mettre en commun des services, de partager les connaissances, etc., c’est le travail de chacun et chacune.
L’organisation actuelle de la société rejette une partie d’entre nous vers le chômage et la précarité pour mieux faire pression sur toutes et tous et nous impose des conditions de travail toujours plus mauvaises (stress, dangers physiques, flexibilité, etc.). Mais puisque personne ne travaille pour nous, pourquoi déciderait-on pour nous ?

Loi Macron, loi des patrons !

Le 26 janvier 2015 s’ouvrira le débat parlementaire sur le projet de loi Macron. Ce projet de loi qui porte le nom de l’actuel ministre de l’économie, concerne pourtant des domaines aussi divers que la privatisation de l’aéroport de Nice et de Toulon, la dérèglementation de la profession des notaires, la libéralisation des transports par autocar…Macron, ministre de l’économie mais aussi de l’écologie et de la justice ! L’économie prend ainsi le pas de tout le reste. Pour sa part, le ministre du travail a disparu corps et bien. Toutes ces mesures sont en effet guidées par un credo libéral que la « gauche » socialiste reprend à son compte : encore plus libéraliser et simplifier la vie des entreprises dans l’espoir que l’activité et l’emploi refleurissent sur les terres de France. Le projet contient également des attaques très importantes contre le droit du travail, alors que les médias n’ont retenu que la réforme du travail dominical. Or, le projet prévoit également d’assouplir (encore et toujours) la procédure de licenciement économique, de réformer en profondeur les Conseils de Prud’homme ainsi que les pouvoirs de l’inspection du travail.

Lire la suite sur la pièce jointe

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (loi_macron_illustre_def.pdf)loi_macron_illustre_def.pdf[ ]475 Kb

Page 7 sur 12

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates