Connexion

           | 

Grogne des salariés de l'Afpa

manifestation 17 12 CH ARD Reims

L'Union

La colère des salariés de l'Afpa est toujours présente. Hier, ils ont manifesté devant la Maison de l'Emploi.

REIMS (Marne). Hier, une trentaine de salariés de l'Afpa manifestaient devant la Maison de l'Emploi. Toujours aussi inquiets pour leur avenir.

Ils ne lâchent rien. Et craignent toujours pour leur avenir. Après s'être réunis devant les portes de Pöle Emploi une trentaine de salariés rémois de l'Afpa (l'organisme de formation des adultes) se sont réunis hier devant un autre endroit symbolique de la cité des sacres : la Maison de l'Emploi, place Stalingrad.

L'Afpa manifeste devant Pôle emploi

Article paru dans l'Union Ardennais le 18/12/12

RETHEL (Ardennes). 280 agents de l'Afpa de Champagne-Ardenne, 9 500 en France, 30 à Rethel risquent de perdre leur emploi si l'Etat ne met pas la main à la poche.

Le centre de formation Afpa de Rethel et ses trente salariés risquent de disparaître, comme tous les centres Afpa de France et leurs quelque 9 500 salariés.

« Depuis que le gouvernement Sarkozy a ouvert le secteur de la formation à la concurrence, nous avons perdu des marchés et aujourd'hui, on ne remporte plus suffisamment d'appels d'offres. Du coup, nous sommes en difficultés financières. En plus, notre banque, Dexia, nous a lâchés. »

Yves Poncelet, coordonnateur de l'intersyndicale de l'Afpa, explique ainsi la situation qui règne en ce moment au niveau national et qui ne manquera pas d'avoir des répercussions locales. « Il faut que l'Etat nous aide et fasse un geste fort pour nous tirer de là, afin que le tribunal de Bobigny ne mette pas l'Afpa en cessation de paiement. »

Cap plein SUD Champagne-Ardennes Septembre 2012

Où allons-nous ?

Le 12 juillet 2012, Yves BAROU, nouveau Président de l'AFPA, se prêtait à l'exercice de l'échange en direct avec les salariés (contenu disponible sur agora.fr). A la question d'un salarié il répond : « Il y a eu un plan stratégique auparavant et nous sommes allés dans le mur». Puis il ajoute : «Tout n'est pas à jeter cependant».
Nous serons satisfaits de trouver tant de lucidité spontanée jaillir au plus haut sommet de la pyramide décisionnelle de l'AFPA.
Ce que dit Yves BAROU c'est ce que nous disons à SUD depuis le printemps 2009 !

L'accord sur les 35 heures n'est pas appliqué

 35 h – 37 h – 39 h, TEMPS DE TRAVAIL : QUEL RESPECT DES ACCORDS ? 

Au cours de la séance du CRE du 26 janvier 2012, le sujet du temps de travail des salariés de l’AFPA Champagne-Ardenne a été, une nouvelle fois, abordé …

Sous l’autorité du précédent Directeur Régional, tous les collègues embauchés se sont vu imposer un horaire de 35h hebdomadaire. Sans information sur les différentes modalités existantes à l’AFPA, sans concertation.

Les élus SUD au CRE ont rappelé toutes les incohérences de cette situation :

-     Personnes travaillant en équipe dans la même unité de travail et/ou ayant les mêmes tâches et/ou le même métier à qui on impose des temps de travail hebdomadaires différents  

-     Aucune prise en compte de la réalité de l’activité professionnelle de certains collègues qui, de fait, travaillent plus de 35 heures chaque semaine sans compensation ;

-     Pour exemple des formateurs ayant les stagiaires 35 heures (en face à face) et donc dans l’impossibilité d’assurer les heures de préparation et de veille techniques;

-        Non respect de l’accord rappelé ci-dessous :

 

Première avancée positive : au cours de ce CRE de janvier 2012, la nouvelle Directrice Régionale a alors indiqué que les formateurs  en CDI qui feraient la demande d’un changement de modalité d’application de leur temps de travail  recevraient une réponse positive.

Aujourd’hui, les formateurs CDI demandeurs d’un changement ont vu leur demande satisfaite et sont aujourd’hui passés sur la modalité 37h hebdomadaires avec compensation à travers 12,5 jours de RTT.

Les situations concernant tous les autres salariés embauchés sous l’ère de l’ancien Directeur Régional (recruteurs, psychologues, formateurs en CDD, assistantes,…) ont fait l’objet d’une argumentation renouvelée et précise sur l’iniquité des situations ; mais malgré la convergence de tous les élus du CRE sur le sujet, la nouvelle Direction Régionale a fait la sourde oreille.

Nous invitons donc les salariés concernés et qui souhaiteraient bénéficier pleinement de l’application de l’accord RATT de 1999 à en faire la demande par courrier remis en main propre auprès de leur hiérarchique et d’en adresser une copie à Madame la Directrice Régionale.

Nous vous proposons le courrier type ci-après :

 

Madame, Monsieur le/la hiérarchique

Copie à Madame la Directrice Régionale.

Lors du CRE du 26 janvier 2012, a été évoquée la situation des salariés, dont je fais partie, embauchés depuis avril 2010 et qui se sont vu imposer une modalité  de temps de travail de 35 heures/semaine.

Je constate que l’accord RATT de 1999 n’est pas respecté puisque l’application de cette modalité n’a fait l’objet d’aucune concertation. Et que le débat de la double nécessité du service rendu aux bénéficiaires et d’une amélioration de mes conditions de travail n’a pu avoir lieu dans aucun cadre formel.

Je constate également que cette situation génère une discrimination à mon égard puisque des collègues ayants les mêmes tâches et/ou les mêmes emplois dans mon unité de travail ou sur mon site bénéficient d’autres modalités horaires ouvrant droit à des compensations à travers des heures de RTT.

Je suis disponible pour vous présenter, lors d’un entretien formalisé, mes motivations à un nouvel aménagement horaire.

Après cet entretien, je vous demanderai, dans le respect de l'accord RATT de 1999 de répondre par écrit à ma demande légitime.

Veuillez agréer Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Vous avez besoin d’un coup de main, de renseignements, d’explications…

Rapprochez-vous de vos élus SUD au CRE : Hervé FLAMANT, Dominique FAURE, Philippe LHUILLERY, Bernard MAILLARD, Benoit DANCHIN.

Contact : 06 87 44 28 39

 

Reims, le 27 août 2012.

Page 4 sur 4

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates