Cap Pein SUD IDF - Mars 2018

[Lire la version pdf]

Edito

Affaire Gilbert Rozon : Tout le show «ABusiness québécois savait ». Ainsi titrait « Le Parisien » relativement aux accusations de viols et d’agressions sexuelles qui visent un animateur de télévision.  Citons également « Un inceste ordinaire – Et pourtant, tout le monde savait », titre d’un ouvrage de Léonore Le Caisne, ethnologue au CNRS, paru en 2014, qui raconte l’histoire de Nelly, torturée et violée par son père pendant 28 ans, au vu et au su de tout un village de la région parisienne. Sans parler de Harvey Weinstein…

Le point commun entre ces affaires, c’est la terminaison de la phrase : tout le monde savait… et personne n’a rien dit. Car c’est justement là le propos : l’acceptation jusqu’à la banalisation de pratiques inacceptables – des crimes en l’occurrence – par des citoyens, certainement très biens et propres sur eux par ailleurs. Et on retrouve cette banalisation dans tout un tas de champs, que ce soit le détournement de fonds publics, les commissions occultes, les trafics divers. 

Et dans le champ de la formation professionnelle, comment ça se passe ?

Prenons par exemple, la nouvelle mission confiée à l’AFPA par l’État : la formation des réfugiés. En digne dépositaire des idéaux de Voltaire, Rousseau ou bien Hugo, l’État français ne pouvait accueillir les réfugiés sans les intégrer dans la société. D’où le financement de parcours de formation, pour leur apprendre un métier. Ça, c’est la théorie. Dans la pratique, tout juste va-t-on prévoir de les amener vers un « premier niveau d’employabilité », et basta. Sauf que !…

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf mars 2018.pdf)cap plein SUD Idf mars 2018.pdf[ ]241 Kb

CAP Plein SUD IDF Février 2018

EDITO : SUD, mini syndicat, méga pagaille ! C’est le titre d’un article paru en 2010 dans « Alternatives Économiques ». 8 ans plus tard, rien n’a changé, en tous cas pour ce qui est de chambouler le ronron établi . Il suffit de se reporter aux réactions suite à notre dernière newsletter (n° 10 14 février 2018). SUD FPA y dénonce la culpabilisation des salariés de l’AFPA par l’IGAS et l’IGF, sans qu’aucun des membres du conseil d’administration ne réagisse, aussitôt, la direction nous menace d’un procès si on ne retire pas le document en ligne sur notre site. De même qu’on y dénonce la rémunération indécente de la dégère, voilà-t-il pas qu’une semaine plus tard (le 22), on trouve la justification sur l’AGORA, qui au passage, en profite pour balancer sur la rémunération supérieure de 15 % du prédécesseur – on admire la classe. On espère le même genre de réaction, aussi bien de la part des salariés que de la direction sur nos autres interpellations (Accord d’UES, projet d’accord don de congé, télétravail, etc.

Cap Plein SUD IDF Novembre 2017

Edito

Fait divers : le 7 novembre, un patron abat son ouvrier de 3 coups de feu. La cause du drame ? L'ouvrier avait encaissé trop tôt son indemnité de licenciement. Voici une illustration de l'état du monde du travail au 21ème siècle, en France. Ainsi donc, c'est l'entreprise qui prévaut sur tout. 

En fait, c'est la sauvegarde de l'entreprise qui prime sur tout, y compris sur l'humain. La machine à formater les cerveaux et éteindre les consciences fonctionne parfaitement. Par petites touches, les travailleurs sont devenus des salariés, puis des personnels – histoire d'en finir avec le collectif en favorisant le discours individualiste – pour finir en collaborateurs. On ne travaille plus, on collabore. 

Pour mieux affirmer que chaque individu est un maillon, indispensable forcément, de l'Entreprise, cette grande chose confraternelle, où chacun doit œuvrer pour aller tous dans le même sens.

Alors les collaborateurs acceptent. Ils acceptent de faire de heures sup', mais non rémunérées parce que ça coûte cher à l'employeur – comme si l'argent sortait de sa poche. Ils acceptent que l'indemnité de congés payés soit versée « un de ces jours », vu qu'on en a déjà touché une partie, et que l'Entreprise est en difficulté.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf novembre 2017.pdf)cap plein SUD Idf novembre 2017.pdf[ ]351 Kb

CAP Plein SUD Ile de France Janvier 2018

Édito

voeux2

Bonne Année 2018 ? À la période des vœux, on entend et on se souhaite mutuellement tout plein de choses. Mais 2018 sera-t-elle vraiment une bonne année ? Et pour qui ? Car les premiers jours de cette nouvelle année ne nous remplissent pas d'optimisme. Entre des collègues (60) qui ont été transférés dans les filiales, sans garanties concernant le maintien de leurs droits, un syndicat – la CFE-CGC- qui dans ses vœux et à l'unisson de la direction générale, appelle à la fermeture de centres de formation et à la suppression de 2 000 emplois - pourquoi 2 000 d'ailleurs et pas 3 000 ou 5 000 ? - et le Conseil Régional Ile de France qui a décidé de diminuer encore de 40 % le budget qu'il va consacrer à la formation des chômeurs – tout en continuant à empocher 100 % des dotations de l'État -, cette nouvelle année ne démarre pas sous les meilleurs auspices.

La bonne nouvelle, car il y a une bonne nouvelle, c'est que SUD FPA continuera de défendre l'AFPA, ses salariés et ses stagiaires en 2018, tout comme les années précédentes. D'ailleurs, nous avons terminé l'année dernière sur une action comme seul SUD sait faire : camping sauvage au pied de la T9 à Montreuil, et distribution de vin chaud pour ouvrir la discussion avec les passants. Pertinents et impertinents, c'est notre marque de fabrique. Et on espère bien que ça va durer, car 2018 c'est aussi l'année des élections professionnelles à l'AFPA, avec cette nouveauté issue des ordonnances Macron : la disparition des délégués du personnel et des CHSCT. Ne resteront que des élus au CRE, qui s'appellera CSE (Comité Social et Économique). Il s'agira alors de faire le choix d'élus intègres, indépendants de la direction, qui font de la défense des salariés un principe et pas un business… Bref, des élus SUD FPA.

CAP Plein SUD IDF Octobre 2017

EDITO

Docteur Yves et Mister Barou nous quitte(nt) : bon débarras ! Rendez-vous compte que c'est le même mec qui aura écrit « Et si la formation professionnelle était le remède au chômage de masse ? », affirmé qu' « En période de crise, il faut plus de formation qualifiante » et en même temps aura tout fait pour tuer l'AFPA, au prétexte de la sauver. Ainsi, tel Diafoirus (encore un docteur), il aura pratiqué saignées des emplois et purges des salariés compétents pendant la durée de son mandat, devenant expert dans le maniement du clystère, compétence qu'il pourra ajouter à son CV. Car de qualifiantes, que reste-t-il des formations de l'AFPA ? Des moignons de parcours, assemblages de morceaux de compétences prises ici et là, censés fait d'un travailleur au chômage ou en reconversion un professionnel qualifié. Et que dire de la situation financière : à son arrivée, « l'AFPA était à quelques jours de la cessation de paiement ». Depuis, l'AFPA ne paye plus l'URSSAF, les augmentations de salaires sont comme le bonhomme : nulles, et les CE/CRE ne touchent même plus les subventions pourtant obligatoires. Par contre, le grand gagnant aura été l'État, qui aura fait un bon placement (200 M € prêtés à 4 % par an) tout en réussissant à se débarrasser d'un patrimoine immobilier dont il n'assurait plus l'entretien depuis des années et qui, par endroits, menace ruine quand il n'est pas bourré d'amiante.

Alors Yves Barou part, en lâchant la « bombe atomique » de sa déclaration en plein Conseil d'Administration, tel un Folamour du pauvre. Il part en s'attribuant le beau rôle : celui du gentil réformateur face à la méchante Ministre du Travail, ce qui en dit long sur ce qui nous attend.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf octobre 2017.pdf)cap plein SUD Idf octobre 2017.pdf[ ]249 Kb

Page 1 sur 4

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates