Cap Plein SUD IDF novembre décembre 2016

Edito

C'est un gouvernement socialiste qui a créé l'ANIFRMO en 1949. 68 ans plus tard c'est un autre gouvernement, dit également « socialiste », qui aura mis fin aux jours de l'Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes, l'AFPA. Pourtant, les besoins de main-d’œuvre qualifiées actuels sont les mêmes qu'à l'époque de la création. Circonstance aggravante, le chômage de masse frappe actuellement une personne sur 10, et jamais autant qu'aujourd'hui la F.P.A., formation professionnelle accélérée, n'aurait été un service public national, régalien par nature. Et pourtant, l'État se débarrasse de son dernier outil de qualification professionnelle des adultes, dernier garant de l'égalité d'accès à la formation à un métier, dernier garant de l'égalité de traitement entre les citoyens en formation. En plus, on ne peut même pas accuser l'Europe, celle de la concurrence libre et non faussée, d'être responsable de cette situation : des États tels que la République d'Irlande, dont le libéralisme n'est plus à démontrer, ont maintenu la formation des chômeurs en dehors du secteur marchand. C'est donc bien une question de volonté de l'État, et donc une question de courage politique, qui aura manqué pour que l'AFPA demeure Association financée sur le budget de l'État, au service de l'État, et donc au service de tous.

Que va-t-il rester à partir du premier janvier ? Un EPIC, établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes, dont l'objet est d'offrir l' « accès à ses locaux et équipements » aux « organismes de formation bénéficiant d'une habilitation », « la formation des personnes en recherche [ou] en situation d'emploi » étant confiées à ses filiales.

En fait, si l'AFPA devait être considérée comme le temple de la formation professionnelle qualifiante des adultes, alors l'État en a fait sortir les salariés, tous investis de leur mission sociale auprès des travailleurs en difficultés, pour y faire entrer les marchands.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf novembre-décembre 2016.pdf)cap plein SUD Idf novembre-décembre 2016.pdf[ ]225 Kb

Cap Plein SUD Ile de France Octobre 2016

Edito

« Le CICE (25 milliards d'€uros) a créé ou sauvegardé de 50 000 à 100 000 emplois en 2 ans ». C'est le Figaro qui le dit. Et d'autre part, le Figaro (encore) estime « Le coût insoutenable du chômage » à 76 Milliards d'€uros par an (pour 3,6 – voire 5 - millions de chômeurs). Voici donc les bases d'un petit problème de robinet : Combien « coûte » chaque emploi créé, combien « coûte » un chômeur ? Si vous avez répondu entre 250 000 et 500 000 € par emploi créé, et entre 15 200 et 21 714 € par chômeur, c'est gagné ! Et encore, si on devait prendre en compte le « sauvetage » d'Alstom Belfort, avec 700 Millions d'€uros pour sauver (provisoirement) les quelque 700 salariés du site, on explose les compteurs. De fait, si on y ajoute les 15 Milliards d'€uros à venir au titre de la poursuite du CICE, le MEDEF entre dans le top 10 des dépenses du budget de l'État.

Au total, 40 Milliards d'€uros de subventions aux entreprises, pour quel résultat…

Tiens, puisqu'on parle de subvention, voyons ce qu'on aurait pu faire avec ces 40 Mds € : avec un budget grosso-modo de 1 Milliard d'€ par an, l'AFPA aurait pu se voir garantir son fonctionnement jusqu'en 2056. Et pour quels résultats ? Selon les derniers chiffres d'avant la régionalisation des crédits de la formation professionnelle, plus de 200 000 chômeurs accueillis et orientés, plus de 120 000 stagiaires avec un diplôme en poche à l'issue d'un vrai parcours de formation, et plus de 66 % qui trouvent un emploi durable. Et ça tous les ans. Pour les 40 prochaines années.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf octobre 2016.pdf)cap plein SUD Idf octobre 2016.pdf[ ]222 Kb

Cap Plein SUD IDF août 2016

Sommaire

- Edito : Chômeur ! Un métier d'avenir

- CDD, ça rime avec RTT ? L'AFPA dit non

- Temps de travail des formateurs : définitions

- Coup de fatigue 

 Chômeur ! Un métier d'avenir…

chômeur formation

 Rendez-vous compte, tout le monde se les arrache, les chômeurs. Du gouvernement, forcément, à Philippe Richert, président de la région Grand Est, en passant par Pôle Emploi, qui en profite à l'occasion pour s'inventer un nouveau rôle, la conception pédagogique (cf. photo), c'est à qui prouvera qu'il est le plus attaché à combattre le « cancer » du chômage.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf aout 2016.pdf)cap plein SUD Idf aout 2016.pdf[ ]187 Kb

Cap Plein SUD IDF Septembre 2016

image CPS Sept 2016

Sommaire Brèves de CRE (Réfugiés, migrants, VAE, … )- Deux poids, deux mesures.

Edito

Former (v.t.) : Éduquer quelqu'un, lui inculquer les principes, les habitudes, les connaissances qui développent ses aptitudes, son goût, etc. (Larousse en ligne – 2016). Former, c'est ce que l'Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes faisait le mieux. Ça et accueillir à des hauts postes les recalés du suffrage universel, ou leur famille, dans un œcuménisme touchant. Ainsi des De Charette (Patrick, pas Hervé), des Nallet (Jean-François, pas Henri), et bien d'autres encore.

À l'AFPA, former des adultes, c'était appliquer une pédagogie différente et reconnue, basée sur la  méthode CARRARD, mettant au centre des apprentissages la maîtrise du geste professionnel. Et quelques concepts aussi, qui semblent fous aujourd'hui, mais frappés au coin du bon sens : éveiller l'intérêt de l'apprenti, ne pas le laisser prendre de mauvaises habitudes, rendre progressifs les exercices, ne pas tenir compte du temps (au début), réaliser un enseignement concret.

Et préalablement à l'entrée en formation, les chômeurs devaient passer par le Centre d'Études et de Recherches Psychotechniques (CERP) pour que leur admission soit liée non pas à des aptitudes spécifiques à chaque métier, mais en fonction d'une capacité générale d'apprentissage : les fameux tests psychotechniques « papier-crayon ». Et les moniteurs de l'AFPA formaient. Et les stagiaires apprenaient un métier, ensemble de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être qui le caractérise.

Cap Plein SUD IDF juillet 2016

Edito

Panem et Circenses, du pain et des jeux. C'est par cette pratique que les empereurs romains ont assis leur pouvoir sur le peuple durant la Rome Antique. 25 siècles plus tard, la recette continue d'être utilisée. Et ça marche ! Abrutissez le peuple à grand renfort de Roland-Garros, d'Euro 2016, de Tour de France et bientôt de Jeux Olympiques de Rio et vous pourrez en toute tranquillité faire un monumental bras d'honneur aux millions de manifestants cumulés qui ont défilé depuis plus de 3 mois contre la Loi Travail. Vous pourrez en profiter pour valider la construction d'un aéroport inutile commandé par vos amis de chez Vinci à qui vous offrez des millions d'euros pris dans les poches du contribuable. Et qu'on ne vienne pas dire que c'est le peuple qui s'est exprimé au travers d'un référendum pipé : lorsqu'on demande aux habitants de Nantes-Métropole (908 815 hab.) si l'aéroport les gêne en même temps qu'on demande aux habitants de Notre-Dame-des-Landes (2012 hab.) s'il sont prêts à se faire exproprier, on connaît déjà le résultat du référendum.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf juin-juillet 2016.pdf)cap plein SUD Idf juin-juillet 2016.pdf[ ]167 Kb

Page 3 sur 4

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates