Projet Accord "droit à la déconnexion" : une fumisterie

Accord « droit à la déconnexion » : Non à ce texte qui laisse volontairement le champ ouvert à l’envahissement du travail sur les vies privées...

L’AFPA propose aux organisations syndicales de signer un accord sur le droit à la déconnexion.
Le projet de la direction de l’AFPA reprend toutes les « bonnes et creuses pratiques » :

  • Exemplarité des managers (….)
  • Respect  de l’équilibre vie privée et vie professionnelle
  • Optimisation des réunions
  • Bon usage des courriels
  • Formation et sensibilisation à l’usage raisonnable des outils numériques ».
  • Etc dans le blabla

On comprend mieux à la lecture de la fiche « droit à la déconnexion » (lien) de la “boîte à outils” de Solidaires combien cette approche qui délègue au salarié la responsabilité de sa pratique numérique est piégeante. A la façon d'un Cheval de Troie, les écrans connectés ramènent le travail dans la vie privée et rendent obsolètes les 35 h légales de travail hebdomadaire. D'ailleurs, selon les termes de l’accord, c’est bien le salarié qui est responsable de sa “sur connexion” ! (1)

L’objectif réel de la direction est double :

  • surtout ne pas couper une des sources du travail supplémentaire non payé,         
  • dédouaner l’AFPA devant les tribunaux, si jamais des salariés réclamaient.
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (AFPA Connexion (1).pdf)AFPA Connexion (1).pdf[ ]135 Kb

CCE du 13 juillet 2018 Communiqué SUD FPA aux salarié-e-s de l’AFPA

Alors que la Direction Générale cache aux élus et aux organisations syndicales du CCE les conséquences des orientations stratégiques sur l’emploi, le nombre de centres et le dispositif de formations, toutes les délégations, sauf SUD, ont accepté d’être consultées et de rendre un avis...après s’être toutes plaintes d’une consultation insincère et déloyale…

Rendre un avis c’était donner un « feu vert » à la Direction pour qu’elle puisse enclencher de manière irréversible son Plan d’entreprise dès l’automne.

Maintenant, le mal est fait.

Pourquoi avoir rendu un avis (l'avis positif de la CGC atteignant le comble de l'incohérence) alors que SUD FPA proposait une voie alternative (lire la déclaration SUD FPA du 13 juillet 2018) qui aurait contraint la Direction Générale à présenter les conséquences en terme d’emploi, de fermeture de centres et de GRN…et permettant au CCE de proposer d’autres solutions moins coûteuses pour le personnel.

Une voie alternative qui était pourtant en cohérence avec les déclarations des différentes délégations du CCE.

Lors de ce CCE extraordinaire du 13 juillet, les élus SUD FPA ont refusé de participer à cette consultation incompréhensible.

AFPA : la direction raconte de belles histoires à dormir debout

Les salariés de l’AFPA le savent, un plan d’entreprise radical devrait nous tomber dessus avant la fin de l’année 2018. Au menu, des fermetures de centres, de GRN, l’externalisation à grande échelle de l’hébergement, voire de la restauration, la réingénierie de tous les métiers de production et d’appui, une mobilité professionnelle ou géographique contrainte, des licenciements ?

Toutes les entreprises font accompagner leurs plans de restructurations de « conduites de changement » et de techniques de manipulation des salariés pour qu’ils cautionnent les destructions. Les salariés sont transformés en acteurs du système qui va les malmener.

L’AFPA n’échappe pas à ce lieu commun du management et comme le dit un document adressé au CCE, «  la direction générale souhaite mettre en œuvre une dynamique de contribution des salariés sur différentes actions à conduire pour mettre en œuvre le plan de transformation de l’entreprise, traduit à ce stade dans les orientations stratégiques. »!

Un questionnaire sur AGORA

Pendant toute la 1ère semaine de juillet, les salariés ont pu répondre en ligne à un questionnaire configuré selon leur catégorie hiérarchique (Directeurs, Managers et autres, c’est-à-dire les sans grade)…Après 6 relances de la direction sur la messagerie interne (Partagez votre vision de l’AFPA2022) 996 salariés ont répondu et 112 d’entre eux vont participer à un séminaire de synthèse prévu le 12 juillet.

Ces « verbatim », sur la base de questions bien orientées, notamment pour le métier de formateur, vont servir à confirmer les orientations stratégiques (peut-être faudra-t-il d’ailleurs saupoudrer quelques expressions divergentes pour que ça fasse plus vrai !) : dans le style : ce sont les salariés qui le disent et qui le veulent !

L’intoxication a déjà commencé. Voici quelques exemples de réponses qui sont déjà présentés sur Agora, classés selon les trois rubriques du questionnaire AGORA.

CCE du 13 juillet 2018 Déclaration SUD FPA

Déclaration de la délégation SUD FPA au CCE du 13 juillet 2018

Pour la délégation SUD FPA il n’est nullement question de participer en quelque manière à ce processus illégitime de consultation sur les orientations stratégiques et leurs conséquences sur l’activité et l’emploi. Pour les raisons suivantes.

La direction empêche le CCE de réaliser sa mission

L’article L2323-10 du code du travail dispose que chaque année le comité d'entreprise est consulté sur les orientations stratégiques de l'entreprise, définies par l'organe chargé de l'administration ou de la surveillance de l'entreprise, et sur leurs conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l'intérim, à des contrats temporaires et à des stages. Cette consultation porte, en outre, sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et sur les orientations de la formation professionnelle.

Le comité est consulté sur les orientations stratégiques et sur leurs conséquences sur l’activité, l’emploi…Et ces deux objets de la consultation sont indissociables. Comment en serait-il autrement lorsque la mission générale du comité est de permettre la prise en compte permanente des intérêts des salariés. Or l’intérêt primordial des salariés n’est-il pas d’abord et avant tout dans le contexte actuel d’un nombre de chômeurs très élevé de voir se développer l’emploi et/ou de ne pas perdre son emploi ? Dans le contexte actuel de l’AFPA, les orientations stratégiques dont l’un des objectifs est de mettre à fin à une catastrophe financière selon le document de la direction vont avoir de fortes conséquences sur l’emploi.

Communiqué intersyndical aux salariés de l'AFPA sur le report des élections

REPORT DES ÉLECTIONS POUR LA DÉFENSE DES SALARIÉS

Un plan d’entreprise est prévu à l’automne, la Direction Générale a fait cette annonce en CCE. Ce plan d’entreprise serait la suite des orientations stratégiques présentées depuis quelques mois.

  • Ce plan d’entreprise comprendra des fermetures de centres, des fermetures de formations et des réorganisations des fonctions supports au siège, dans les directions régionales et dans les centres ;
  • Ces fermetures vont toucher directement les salariés… ;
  • D’autant que la situation financière de l’AFPA continue de se dégrader ;
  • Une certitude : toutes les régions, tous les salariés, vont être impactés par ce plan d’entreprise !

En même temps, l’application des ordonnances Macron réduit fortement dès les prochaines élections professionnelles le nombre de représentants du personnel.

Page 3 sur 21

Sous-catégories

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates