Communiqué de presse SUD FPA 12/12/2017 Siège AFPA

Communiqué de presse SUD FPA 12/12/2017 – SUD FPA occupe la place Aimé Césaire à Montreuil

L’AFPA : pour les entreprises ? Ou pour le bien commun ?

En l’an 2000, le dirigeant d’alors Gilbert Hyvernat présentait au CCE son projet de déconcentration renforcée de l’AFPA. .SUD FPA lui avait répondu que sa déconcentration serait suivie de décentralisation, de régionalisation et enfin de privatisation.

Nous y sommes. La ligne suivie par l’Etat depuis presque 20 ans est claire : il met en œuvre une politique destinée aux seules entreprises et au MEDEF.

La fin de la subvention et le départ des psychologues

Avant 2004, l’AFPA recevait une subvention d’Etat de 800 Millions € pour le financement de la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. 150 000 demandeurs d’emploi étaient formés chaque année. Un budget moyen de 5 500 € pour un parcours de formation de 600 heures.

Deux décisions de l’Etat vont déstructurer l’AFPA :

L’Etat, oubliant l’impératif constitutionnel d’égal accès de tous à la formation professionnelle, transfère aux régions la compétence de la formation professionnelle. Les 800 Millions € de l’AFPA sont versés aux Conseils régionaux qui mettent en œuvre des politiques de territoire, et donc des formations exclusivement calées sur des emplois soit disant non pourvus. Pour tenter de recouvrer une partie de son budget, l’AFPA doit répondre aux appels d’offre de marchés publics des 22 régions. Résultats : nombre de régions n'allouent pas la totalité du budget transféré et des centaines d'instituts de formation font concurrence à l’AFPA en proposant des services à des prix très bas.

L’Etat transfère le service de l’orientation à Pôle Emploi. Les 1 000 psychologues et assistantes de l’orientation sont transférés à Pôle Emploi. Ce service orientait les stagiaires vers la formation leur permettant de réaliser leur projet professionnel.

Prise dans l'étau de la rentabilité, l’AFPA se centre sur une approche gestionnaire et cherche à industrialiser la formation. Le "remplissage" des formations est une priorité quitte à intégrer des personnes mal préparées. Les candidats aux stages ne sont pas mieux lotis face aux plateformes de services clients qui se sont substituées aux accueils téléphoniques des centres de formations. L’AFPA rêve également de dématérialiser les stages et voit dans les plateformes numériques le moyen de former davantage de personnes à moindre frais.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Communiqué de presse 12 12.pdf)Communiqué de presse 12 12.pdf[ ]73 Kb

AFPA Communiqué de presse intersyndical 9 décembre 2017

Communiqué de presse intersyndical des syndicats CGT, CFDT, FO, SUD Solidaires, CFE-CGC et CFTC de l’Agence pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA)

Une décentralisation délétère :

Depuis 2009 et la décentralisation de la compétence Formation aux Régions, la formation professionnelle des demandeurs d’emploi est passée dans le champ du marché concurrentiel. Ce service qui doit être accessible à tout citoyen, selon la constitution et la loi, est aujourd’hui considéré de fait comme une vulgaire marchandise.

Des appels d’offres mortifères :

Après 8 ans de mise en œuvre d’appels d’offres par 22 régions puis 13, force est de constater que le critère prix est le critère discriminant entre concurrents. L’attribution se fait très généralement au moins disant ; cela est en train de causer la fin des organismes de formation généralistes (AFPA, GRETA, CNAM, …) au profit d’organismes éphémères low cost. La faible durée des marchés, l’aléa des contenus et situations géographiques des formations d’un appel d’offres à l’autre, une prescription qui n’est pas en adéquation avec le volume de financement, aspirent les organismes de formation généralistes, notamment l’AFPA, dans une spirale régressive inéluctable de pertes de formations, de compétences et de plateaux techniques.

Des demandeurs d’emplois qui en subissent les conséquences :

Pour les demandeurs d’emplois, ceci induit de fait une difficulté de plus en plus accrue pour accéder à un parcours de formation qualifiant.

Concrètement, près de deux fois moins de demandeurs d’emploi accèdent aujourd’hui à une formation qualifiante, menant à un titre professionnel, reconnaissant un métier acquis et pourtant avec un taux de retour à l’emploi à 6 mois de 68% à l’AFPA. Tandis qu’en 2008 l’AFPA accueillait 120 000 demandeurs d’emploi, en 2015, alors que le nombre de demandeurs d’emploi a doublé (3 millions de DE A,B et C en 2008 contre 5,5 millions en 2015), elle n’en a plus formés que 69 000.

Des budgets régionaux qui baissent de façon mécanique :

Les budgets formation des conseils régionaux ne sont pas atteints, le plus souvent, en raison de :

  • l’insuffisance de prescriptions (Pôle Emploi semble considérer la formation comme une solution non prioritaire),

  • et d’un accroissement des taux d’abandon pendant le parcours de formation (par déficit ou défaillance d’orientation pédagogique).

Primes et gratifications à l'AFPA Picardie et Nord Pas de Calais

SUD FPA s’était engagé à vous tenir informé sur ce qui se cachait derrière les deux lignes comptables :

- Primes & Gratifications

- Indemnités et avantages en nature

Voilà le résultat de notre enquête !

1. Primes & Gratifications

Dans la rubrique « Primes et gratification », d’un montant de 2. 505 000 Euros, on y trouve :

- La part du 13 ème mois

- les FDQ (Frais de Déplacements Quotidiens)

- Les primes d’installation de GPEEC

- Les primes exceptionnelles

Le 13 ème mois représente à lui seul une somme d’environ 2. 279 000 Euros.

Reste donc 226 000 euros ?

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract  Primes et gratifications.pdf)Tract Primes et gratifications.pdf[ ]228 Kb

Communiqué intersyndical aux salariés 11 décembre

Communiqué intersyndical aux salariés

 

Cher.e collègue,

Les organisations syndicales de l’AFPA dénoncent ce qui se trame contre l’AFPA et ses salariés. Au travers des propos tenus au Conseil d’administration, au CCE et dans les éléments économiques de plans stratégiques régionaux déjà présentés, la préoccupation comptable est surtout ce qui importe aux représentants de l’Etat.

Au lieu d’aller vers le développement de l’activité, son élargissement au service global des publics accueillis et au financement des moyens nécessaires pour répondre aux besoins et à la demande des personnes, la seule solution mise en avant pour le retour à l’équilibre économique, c’est la réduction des charges avec au programme :

  • La fermeture de formations : la tienne ?

  • La fermeture de centres : le tien ?

  • Des suppressions accrues d’emplois : le tien ?

Les « 3 désaccords stratégiques » de Barou

En suivant le lien, le communiqué des représentants des salariés au Conseil d'Administration de l'AFPA. Mais à SUD FPA, on n'est pas que des passeurs de messages, on aime bien livrer aussi nos analyses. Et on s'est arrêté sur les « 3 désaccords stratégiques » du démissionnaire :

1 le modèle économique, Barou l'a proposé et validé lui même avec la création de l'EPIC et des filiales. À SUD FPA, on ne croit pas que les hourras qu'il a pu pousser pour les 110 M€ attribués marquaient un autre modèle économique : l'État n'intervient qu'a minima. En ce qui concerne le Service Public de l'Emploi, il ne nous a proposé qu'un strapontin qui ne donnait pas voix au chapitre. Et on ne pense pas que le gouvernement qu'il représentait aurait proposé autre chose.

2 la massification de l'effort de formation: ce n'est pas l'EPIC telle que l'ordonnance est écrite qui en serait l'acteur principal voire même secondaire. Et pour la formation qualifiante, à SUD FPA on a souvenir qu'il parlait peu de métier mais bien de compétences distribuées au compte-gouttes comme on peut le voir dans la réécriture, sous sa volonté, des programmes de formation calibrés pour correspondre aux heures de CPF. Pour l'accompagnement des stagiaires, c'est la double peine pour les + fragiles avec "agir et agir+".

Page 3 sur 18

Sous-catégories

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates