Non à la destruction de notre modèle social ! Non à la casse des droits collectifs ! Non à la casse de l’AFPA !

A l’occasion de la journée de mobilisation interprofessionnelle du 9 octobre, la CGT AFPA, la CFDT FPA, FO FPA, SUD FPA Solidaires, CFTC s’associent aux constats et aux revendications portées par les organisations syndicales de salariés, d’étudiants,
de lycéens et des collectifs de retraités.

Les mesures mises en oeuvres et celles annoncées par le gouvernement, relèvent d’une logique d’individualisation mettant à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale. En s’en prenant à tous, sauf aux plus riches, elles fragilisent une fois de plus les plus faibles, les précaires et les plus démunis avec :

  • des risques qui pèsent sur les droits des salarié.e.s et privé.e.s d’emploi en matière d’assurance chômage ;
  • des atteintes au service public ;
  • des destructions d’emplois au travers de la désindustrialisation ;
  • des attaques portées à notre système de santé ;
  • la destruction du principe de solidarité entre les générations ;
  • la remise en cause du droit à la formation comme vecteur d’émancipation des travailleurs et la disparition du Congé Individuel de Formation au 1er janvier 2019 ;
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (TRACT intersyndical interpro 9.10.18 vdef.pdf)TRACT intersyndical interpro 9.10.18 vdef.pdf[ ]102 Kb

Ensemble, résistons à la pression !

De nouveau, la grande braderie d’automne :

C’est bien connu, la fin de période estivale donne lieu à un grand lessivage, débarrassage, tri sélectif et mise au rebut.

resistons pression

Tous les arguments sont là pour préparer le long et douloureux hiver qui nous attend :

  • Baisse d’activité et/ou de chiffre d’affaire,
  •          Disparition de certains métiers, de certaines formations
  •          Externalisation de services (entretien, …), sous-traitance,
  •         Ventes de centres, ouverture d’agence
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (tract stop à la pression VD 2.pdf)tract stop à la pression VD 2.pdf[ ]366 Kb

Projet Accord "droit à la déconnexion" : une fumisterie

Accord « droit à la déconnexion » : Non à ce texte qui laisse volontairement le champ ouvert à l’envahissement du travail sur les vies privées...

L’AFPA propose aux organisations syndicales de signer un accord sur le droit à la déconnexion.
Le projet de la direction de l’AFPA reprend toutes les « bonnes et creuses pratiques » :

  • Exemplarité des managers (….)
  • Respect  de l’équilibre vie privée et vie professionnelle
  • Optimisation des réunions
  • Bon usage des courriels
  • Formation et sensibilisation à l’usage raisonnable des outils numériques ».
  • Etc dans le blabla

On comprend mieux à la lecture de la fiche « droit à la déconnexion » (lien) de la “boîte à outils” de Solidaires combien cette approche qui délègue au salarié la responsabilité de sa pratique numérique est piégeante. A la façon d'un Cheval de Troie, les écrans connectés ramènent le travail dans la vie privée et rendent obsolètes les 35 h légales de travail hebdomadaire. D'ailleurs, selon les termes de l’accord, c’est bien le salarié qui est responsable de sa “sur connexion” ! (1)

L’objectif réel de la direction est double :

  • surtout ne pas couper une des sources du travail supplémentaire non payé,         
  • dédouaner l’AFPA devant les tribunaux, si jamais des salariés réclamaient.
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (AFPA Connexion (1).pdf)AFPA Connexion (1).pdf[ ]135 Kb

Projet de Loi de Finances 2019 : 550 emplois en moins à l'AFPA en 2019 ?

Emploi Le ministère du travail voit, à nouveau, ses crédits reculer, passant à 12,23 milliards d’euros, contre près de 15,2 milliards dans le budget 2018 (– 19,38 %). Une diminution accentuée par le redécoupage de ses missions : sans ce changement de périmètre, les coupes auraient été moindres (– 13,64 %). Les principales baisses sont liées à l’extinction de mesures en faveur de l’emploi (notamment l’aide à l’embauche dans les PME). Sont également touchés les contrats aidés : rebaptisés « parcours emplois compétences », ils devraient se monter à 100 000 – auxquels s’ajoutent les quelque 30 000 financés par l’éducation nationale pour accompagner des élèves en difficulté. Le nombre d’agents employés par le ministère devrait être amputé de 233 (soit presque autant que l’an passé). La purge sera beaucoup plus sévère chez les opérateurs, tels que Pôle emploi ou l’Agence pour la formation des adultes (1 385 postes en moins).

Article paru dans "Le Monde" du 24/09/2018 https://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/09/24/budget-2019-quelques-gagnants-plusieurs-perdants_5359362_1656968.html

D'après des informations parues sur Europe1, les suppressions d'emploi s'éléveraient à 550 à l'AFPA  :

550 postes de moins à l'Afpa. L'Afpa, en difficultés financières depuis des années, voit elle aussi ses effectifs baisser, à hauteur de 550 ETP contre 396 en 2018.

: http://www.europe1.fr/economie/pole-emploi-800-postes-en-moins-en-2019-3763133 .

 

 

CCE du 13 juillet 2018 Communiqué SUD FPA aux salarié-e-s de l’AFPA

Alors que la Direction Générale cache aux élus et aux organisations syndicales du CCE les conséquences des orientations stratégiques sur l’emploi, le nombre de centres et le dispositif de formations, toutes les délégations, sauf SUD, ont accepté d’être consultées et de rendre un avis...après s’être toutes plaintes d’une consultation insincère et déloyale…

Rendre un avis c’était donner un « feu vert » à la Direction pour qu’elle puisse enclencher de manière irréversible son Plan d’entreprise dès l’automne.

Maintenant, le mal est fait.

Pourquoi avoir rendu un avis (l'avis positif de la CGC atteignant le comble de l'incohérence) alors que SUD FPA proposait une voie alternative (lire la déclaration SUD FPA du 13 juillet 2018) qui aurait contraint la Direction Générale à présenter les conséquences en terme d’emploi, de fermeture de centres et de GRN…et permettant au CCE de proposer d’autres solutions moins coûteuses pour le personnel.

Une voie alternative qui était pourtant en cohérence avec les déclarations des différentes délégations du CCE.

Lors de ce CCE extraordinaire du 13 juillet, les élus SUD FPA ont refusé de participer à cette consultation incompréhensible.

Page 7 sur 26

Sous-catégories

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates