Connexion

           | 

L’ AFPA en 2018 : 600 salariés jetés en filiales et 600 suppressions d’emploi

 SUD FPA tracte au siège de l'AFPA ce mardi 12/12/2017 après le Conseil d'Administration du 11/12/2017

 

DSC 1393-ConvertImage

 

L’AFPA voulue par l’Etat et les Régions pour les entreprises

L’AFPA service public pour nos concitoyens

80 centres en fonction des besoins des entreprises et de la rentabilité

200 centres répartis sur l’ensemble du territoire pour permettre un accès égal à la formation 

80 000 stagiaires

200 000 stagiaires avec accompagnement hébergement, restauration

Des durées de formation de 200 heures pour des compétences jetables

1 000 heures de formation pour acquérir une qualification et un métier

Une AFPA portion congrue 5 000 salariés, la plupart dans des filiales et des précaires

10 000 salariés dans une entreprise unique

Absentéisme et risque psycho sociaux élevés, des boulots sans intérêt

La prise en compte du besoin du personnel de faire un travail de qualité

La pédagogie désincarnée

La pédagogie de l’AFPA

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract pour le 12 12.pdf)Tract pour le 12 12.pdf[ ]193 Kb

Communiqué intersyndical aux salariés de l'AFPA après le CA du 19 octobre 2017

Cher-e collègue,

Le Conseil d’Administration de ce 19 octobre a été le « théâtre » de l’annonce du départ précipité du président de l’AFPA, Yves Barou. Il fait le constat de désaccords stratégiques avec nos tutelles.

Mais ce n’est pas l’arbre qui doit cacher la forêt des mauvaises nouvelles qui nous menacent.

En effet, l’adoption des principes de comptabilité analytique de l’AFPA a dévoilé l’absence de toute vision stratégique à long terme. Bien au contraire, tout peut être remis en question dans les 6 mois par une clause de révision destinée à intégrer les choix qui seront alors imposés par l’Etat. Le pire reste à craindre. D’autant plus que dans la présentation des « Orientations stratégiques de l’AFPA 2020 », il est clairement annoncé que chaque Centre devra être à l’équilibre !

Ainsi les choix idéologiques de Bercy semblent l’avoir emporté. A savoir une politique uniquement financière qui ne peut aboutir qu’à des fermetures de Centres, voire de Régions, ainsi que des suppressions massives d’emplois comme moyen d’atteinte d’un équilibre économique chimérique.

A la demande des représentants des salariés de la communication du « business model » qui sous-tend les orientations stratégiques non dévoilées à ce jour, les administrateurs de l’Etat sont restés dans le déni. Mais sans convaincre !

L’Etat déclare vouloir accompagner l’AFPA, mais dans le respect des règles et de la Loi. Les organisations syndicales s’interrogent sur le prix à payer pour le personnel et l’AFPA.

Le 10 octobre, défendons nos emplois, nos salaires et notre avenir !

Les syndicats CGT, FO, SUD, CFE-CGC et CFTC de l’AFPA appellent les salariés de l’AFPA à rejoindre la grande journée de mobilisation, de manifestations et de grève du mardi 10 octobre, pour le maintien et le développement du Service Public.

Cette journée interprofessionnelle doit permettre de porter les revendications des salariés en matière de hausse des salaires, de défense de l’emploi stable et qualifié, d’amélioration des conditions de travail, d’augmentation de la protection sociale basée sur les cotisations sociales et non sur l’impôt.

Les personnels de l’AFPA sont directement concernés par ces revendications quand :

Page 1 sur 48

Sous-catégories

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates