Accueil

16 novembre 2017 Toutes et tous en grève

Les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA appellent les salariés de l’AFPA à se joindre à la journée de mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre 2017 pour obtenir le retrait des ordonnances.

  • Parce que le principe même des ordonnances est inacceptable ;
  • Parce que ces ordonnances ne visent qu’un objectif : précariser tous les salariés ;
  • Parce que les conséquences immédiates sont dangereuses pour les salariés de l’AFPA :

« légalisation » des licenciements abusifs,

disparition des CHSCT et des DP dans les centres,

« accords » de réduction des salaires en permettant le chantage à l’emploi,

licenciements autorisés par avance des salariés qui refuseront les modifications de leurs contrats de travail (à la baisse, bien sûr).

De plus, nous pouvons nous attendre à d’autres ordonnances tout aussi dévastatrices sur la réforme de la Formation Professionnelle et de l’Assurance Chômage qui feraient peser d’autres risques sur les droits des salariés et des demandeurs d’emploi.

Compte tenu de la gravité de la situation à l’AFPA, ces ordonnances permettront à la direction de licencier le personnel avec plus de facilité et moins de droits pour les salariés.

Pour défendre nos droits, les organisations syndicales CGT, FO et SUD Solidaires de l’AFPA vous donnent rendez-vous pour une grande manifestation interprofessionnelle… avant la grande manifestation pour la sauvegarde de l’AFPA.

Montreuil le 14 novembre 2017

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Grève du 16_11_2017.pdf)Grève du 16_11_2017.pdf[ ]103 Kb

Versant SUD Auvergne Novembre 2017

EDITO

Docteur Yves et Mister Barou nous quitte(nt) : bon débarras ! Rendez-vous compte que c'est le même mec qui aura écrit « Et si la formation professionnelle était le remède au chômage de masse ? », affirmé qu' « En période de crise, il faut plus de formation qualifiante » et en même temps aura tout fait pour tuer l'AFPA, au prétexte de la sauver. Ainsi, tel Diafoirus (encore un docteur), il aura pratiqué saignées des emplois et purges des salariés compétents pendant la durée de son mandat, devenant expert dans le maniement du clystère, compétence qu'il pourra ajouter à son CV. Car de qualifiantes, que reste-t-il des formations de l'AFPA ? Des moignons de parcours, assemblages de morceaux de compétences prises ici et là, censés fait d'un travailleur au chômage ou en reconversion un professionnel qualifié. Et que dire de la situation financière : à son arrivée, « l'AFPA était à quelques jours de la cessation de paiement ». Depuis, l'AFPA ne paye plus l'URSSAF, les augmentations de salaires sont comme le bonhomme : nulles, et les CE/CRE ne touchent même plus les subventions pourtant obligatoires. Par contre, le grand gagnant aura été l'État, qui aura fait un bon placement (200 M € prêtés à 4 % par an) tout en réussissant à se débarrasser d'un patrimoine immobilier dont il n'assurait plus l'entretien depuis des années et qui, par endroits, menace ruine quand il n'est pas bourré d'amiante.

Alors Yves Barou part, en lâchant la « bombe atomique » de sa déclaration en plein Conseil d'Administration, tel un Folamour du pauvre. Il part en s'attribuant le beau rôle : celui du gentil réformateur face à la méchante Ministre du Travail, ce qui en dit long sur ce qui nous attend.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (versant sud novembre 2017.pdf)versant sud novembre 2017.pdf[ ]101 Kb

CAP Plein SUD IDF Octobre 2017

EDITO

Docteur Yves et Mister Barou nous quitte(nt) : bon débarras ! Rendez-vous compte que c'est le même mec qui aura écrit « Et si la formation professionnelle était le remède au chômage de masse ? », affirmé qu' « En période de crise, il faut plus de formation qualifiante » et en même temps aura tout fait pour tuer l'AFPA, au prétexte de la sauver. Ainsi, tel Diafoirus (encore un docteur), il aura pratiqué saignées des emplois et purges des salariés compétents pendant la durée de son mandat, devenant expert dans le maniement du clystère, compétence qu'il pourra ajouter à son CV. Car de qualifiantes, que reste-t-il des formations de l'AFPA ? Des moignons de parcours, assemblages de morceaux de compétences prises ici et là, censés fait d'un travailleur au chômage ou en reconversion un professionnel qualifié. Et que dire de la situation financière : à son arrivée, « l'AFPA était à quelques jours de la cessation de paiement ». Depuis, l'AFPA ne paye plus l'URSSAF, les augmentations de salaires sont comme le bonhomme : nulles, et les CE/CRE ne touchent même plus les subventions pourtant obligatoires. Par contre, le grand gagnant aura été l'État, qui aura fait un bon placement (200 M € prêtés à 4 % par an) tout en réussissant à se débarrasser d'un patrimoine immobilier dont il n'assurait plus l'entretien depuis des années et qui, par endroits, menace ruine quand il n'est pas bourré d'amiante.

Alors Yves Barou part, en lâchant la « bombe atomique » de sa déclaration en plein Conseil d'Administration, tel un Folamour du pauvre. Il part en s'attribuant le beau rôle : celui du gentil réformateur face à la méchante Ministre du Travail, ce qui en dit long sur ce qui nous attend.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf octobre 2017.pdf)cap plein SUD Idf octobre 2017.pdf[ ]249 Kb

Primes et gratifications à l'AFPA Picardie et Nord Pas de Calais

SUD FPA s’était engagé à vous tenir informé sur ce qui se cachait derrière les deux lignes comptables :

- Primes & Gratifications

- Indemnités et avantages en nature

Voilà le résultat de notre enquête !

1. Primes & Gratifications

Dans la rubrique « Primes et gratification », d’un montant de 2. 505 000 Euros, on y trouve :

- La part du 13 ème mois

- les FDQ (Frais de Déplacements Quotidiens)

- Les primes d’installation de GPEEC

- Les primes exceptionnelles

Le 13 ème mois représente à lui seul une somme d’environ 2. 279 000 Euros.

Reste donc 226 000 euros ?

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Tract  Primes et gratifications.pdf)Tract Primes et gratifications.pdf[ ]228 Kb

Analyse CRE AFPA Nord Pas de Calais Octobre 2017

Info nationale

La Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle (DGEFP) vient de lancer le

recrutement d’un.e :

« Directeur.trice de projet Coordination de la Transformation de l’AFPA en EPIC ».

(à partir d’un moteur de recherche connu, vous aurez le descriptif du poste)

 

Info du CRE NPDC d’octobre à Hazebrouck

En bref, quelques chiffres pour le NPDC à fin août !

Par rapport à l’année dernière à la même époque :

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (CRE-SUD-octobre 2017 - Version finale.pdf)CRE-SUD-octobre 2017 - Version finale.pdf[ ]636 Kb

Analyse CRE AFPA Languedoc Roussillon Octobre 2017

Les coûts cachés (coûts indirects) dus à l’absentéisme

 

Six critères sont maintenant retenus dans le milieu des services RH (cabinet conseil RH Midori Consulting et l’organe Patronal Malakof Médéric).

  • Le remplacement (CDD, intérim).

  • Dysfonctionnements dus à la désorganisation.

  • Improductivité liée à la plus faible efficacité des remplacements.

  • Social : démotivation des équipes.

  • Image : baisse de qualité liée à l’improductivité.

  • Gestion RH : recrutements, actes administratifs supplémentaires).

 

Rajoutons qu’à l’Afpa les absences non prévues et courtes ne sont pas remplacées (jusqu’à 15 jours pour les formateurs).

 

Lorsque SUD pose la question au DR : quel est le montant des coûts indirects, la réponse est net : c’est TRES LOURD !

« De plus en plus les stagiaires se plaignent aux fournisseurs, l’impact en terme d’image est très dur à rattraper, comment voulez-vous que je propose des formations pour le prochain appel d’offre si en même temps les stagiaires se plaignent ? ». Il nous explique alors que ces derniers ont de plus en plus une posture de consommateur de formation (dans le sens infantile).

Les « 3 désaccords stratégiques » de Barou

En suivant le lien, le communiqué des représentants des salariés au Conseil d'Administration de l'AFPA. Mais à SUD FPA, on n'est pas que des passeurs de messages, on aime bien livrer aussi nos analyses. Et on s'est arrêté sur les « 3 désaccords stratégiques » du démissionnaire :

1 le modèle économique, Barou l'a proposé et validé lui même avec la création de l'EPIC et des filiales. À SUD FPA, on ne croit pas que les hourras qu'il a pu pousser pour les 110 M€ attribués marquaient un autre modèle économique : l'État n'intervient qu'a minima. En ce qui concerne le Service Public de l'Emploi, il ne nous a proposé qu'un strapontin qui ne donnait pas voix au chapitre. Et on ne pense pas que le gouvernement qu'il représentait aurait proposé autre chose.

2 la massification de l'effort de formation: ce n'est pas l'EPIC telle que l'ordonnance est écrite qui en serait l'acteur principal voire même secondaire. Et pour la formation qualifiante, à SUD FPA on a souvenir qu'il parlait peu de métier mais bien de compétences distribuées au compte-gouttes comme on peut le voir dans la réécriture, sous sa volonté, des programmes de formation calibrés pour correspondre aux heures de CPF. Pour l'accompagnement des stagiaires, c'est la double peine pour les + fragiles avec "agir et agir+".

Communiqué intersyndical aux salariés de l'AFPA après le CA du 19 octobre 2017

Cher-e collègue,

Le Conseil d’Administration de ce 19 octobre a été le « théâtre » de l’annonce du départ précipité du président de l’AFPA, Yves Barou. Il fait le constat de désaccords stratégiques avec nos tutelles.

Mais ce n’est pas l’arbre qui doit cacher la forêt des mauvaises nouvelles qui nous menacent.

En effet, l’adoption des principes de comptabilité analytique de l’AFPA a dévoilé l’absence de toute vision stratégique à long terme. Bien au contraire, tout peut être remis en question dans les 6 mois par une clause de révision destinée à intégrer les choix qui seront alors imposés par l’Etat. Le pire reste à craindre. D’autant plus que dans la présentation des « Orientations stratégiques de l’AFPA 2020 », il est clairement annoncé que chaque Centre devra être à l’équilibre !

Ainsi les choix idéologiques de Bercy semblent l’avoir emporté. A savoir une politique uniquement financière qui ne peut aboutir qu’à des fermetures de Centres, voire de Régions, ainsi que des suppressions massives d’emplois comme moyen d’atteinte d’un équilibre économique chimérique.

A la demande des représentants des salariés de la communication du « business model » qui sous-tend les orientations stratégiques non dévoilées à ce jour, les administrateurs de l’Etat sont restés dans le déni. Mais sans convaincre !

L’Etat déclare vouloir accompagner l’AFPA, mais dans le respect des règles et de la Loi. Les organisations syndicales s’interrogent sur le prix à payer pour le personnel et l’AFPA.

Nous ne faisons pas partie de la cordée de Macron…

siteon0

L’Union syndicale Solidaires a été reçue par le Premier ministre, la Ministre du travail et le Ministre de l’éducation ce mardi 17 octobre.

Cela a été un moment pour affirmer notre exigence de retrait des ordonnances, d’abrogation de la loi El Khomri, mais aussi notre rejet des restrictions budgétaires qui touchent les services publics et exiger le maintien des contrats aidés, des APL et des fonds du logement social.

Pour Solidaires, toute cette politique fait système, elle provoque l’accroissement des inégalités, protège et encourage les nantis. C’est une politique de riches, de mépris pour ceux et celles, fainéant-es, qui foutent le bordel en défendant leurs droits, qui ne sont pas en tête de cordée, ou pas dans la cordée du tout.

Solidaires a réaffirmé ses revendications sur les sujets que le gouvernement présente comme la « sécurité » après la « flexibilité ».

Pour lutter contre le chômage, nous sommes pour la réduction du temps de travail à 32 heures sans réduction de salaire, l’indemnisation des carrières discontinues avec une continuité de droits, un statut du ou de la salarié-e, et bien sûr pour que la discussion sur le régime d’assurance chômage ait lieu avec les principaux-ales intéressé-es à savoir les associations de chômeur-euses qui sont encore une fois exclues du débat.

L’éventuel élargissement du régime d’assurance chômage ne peut pas être le prétexte à une baisse des indemnisations, ni à un renforcement des contrôles dans le seul objectif de radiation de personnes au chômage. Et la taxation des contrats courts ne doit pas cacher les autres méthodes des entreprises et des plus grandes en particulier : ruptures conventionnelles massives pour certaines, ou sous traitance généralisée pour faire reporter sur d’autres la faible durée ou qualité des contrats.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (com1710.pdf)com1710.pdf[ ]157 Kb

Le CHSCT doit pouvoir préparer l’accueil imminent de réfugiés.

Le centre de Beauvais va bientôt héberger une vingtaine de réfugiés. D’avance nous leur souhaitons la bienvenue.

Dans un autre centre, dans une autre région, sous une autre direction, leur arrivée aurait fait l’objet d’un accueil digne, d’un événement festif. A Beauvais rien n’est prévu !

SUD FPA s’interroge : pourquoi leur arrivée se fait-elle ainsi presqu’en cachette ?

Or le programme dont ils vont bénéficier est très officiel : c'est le projet "HOPE" (hébergement, orientation, parcours vers l'emploi) que l’AFPA va déployer. Chaque réfugié pourra suivre un parcours de formation de 800 heures. C'est une "vraie chance" pour ces réfugiés de rester ici, et de trouver une formation puis un travail. Pour le centre de Beauvais, c’est de l’activité qui contribue à son redémarrage.

Pour SUD FPA l’attitude de la direction de l'AFPA s'expliquerait surtout par le fait que l’hébergement fermé depuis plusieurs années pour non-conformité a été réouvert dans le plus grand secret !

Il n'y a jamais eu de réunions avec les représentants du personnel de Beauvais pour présenter en détail les modalités et les conditions de cette ouverture d'hébergement.

Pourtant les élus du CRE informés le 20 juillet dernier par le DR ont aussitôt demandé une réunion du CHSCT Amiens/Beauvais/DR ! Depuis, l’instance n'a pas été réunie ! Ce n’est pas faute de questions !

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (tract hébergement SUD FPA.pdf)tract hébergement SUD FPA.pdf[ ]228 Kb

Page 1 sur 62

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - 13 Place du Général de Gaulle 93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates